logo SOV

IDLES

Brutalism

IDLES - Brutalism
Chronique Album
Date de sortie : 10.03.2017
Label : Balley Records
45
Rédigé par Jean-Christophe Gé, le 17 juillet 2017
Bookmark and Share
Basés à Bristol, ville plus connue pour ses grapheurs et le trip-hop, IDLES sortent un premier album après cinq ans à peaufiner un son et un style abrasif dont on avait pu avoir un premier aperçu sur une poignée d'EPs. Brutalism est un album brillamment écrit, qui arrive à mettre de la subtilité et de la diversité dans un univers punk. On y trouve des hymnes à chanter en chœur (Mother), des morceaux bruitistes (Heel/Heal, Date Night) et même des ballades (Slow Savage) faisant de ce disque un grand disque punk.

Comme souvent dans l'histoire du rock, les mouvements se baladent entre Grande-Bretagne et États pour trouver un nouveau souffle et se protéger de la dégénérescence. IDLES reprennent donc le flambeau du punk délicatement bourrin là où les Yeah Yeah Yeahs l'avaient laissé. Et ils s'y mettent à cinq car il faut bien deux guitares et une basse pour former la ligne mélodique pendant que le batteur sprinte et que le chanteur harangue.

C'est aussi un juste retour au pays, et il aura fallu quarante ans pour former une scène qui ressemble à celle qui avait lancé les Sex Pistols, Buzzcocks et The Clash. Avec Sleaford Mods, Fat White Family et même Eagulls un peu avant eux, IDLES jouent une musique qui ressemble à son époque : brutale mais loin d'être improvisée. Le titre de l'album est d'ailleurs une référence au mouvement brutaliste qui, en architecture, est à l'origine de bâtiments en béton brut qui ont fleuri après la seconde guerre mondiale. Des bâtiments toujours fonctionnels, et dont l'esthétique a parfois du mal à être reconnue.

Avec des textes longs et autant de rage on pourrait penser qu'IDLES délivrent un message politique fort dans une Grande-Bretagne qui explose sur fond de Brexit et de désintégration de sa classe politique. Mais si les Tories en prennent pour leur grade, il y est aussi beaucoup question d'amour, forcément contrarié. Le groupe a sa propre approche de la politique, de la société, de la vie en général et veut davantage réfléchir sur les conséquences pour l'individu et sa part de responsabilité que sortir la énième chanson convenue sur Trump.

Même si les membres du groupe se donnent du mal pour passer pour des guignols pendant les sessions photos, en studio, ils se sont donné encore plus de mal pour composer des titres directs et suffisamment profonds pour être toujours séduisant après plusieurs écoutes. Brutalism est un grand disque rock.
tracklisting
    01. Heel / Heal
  • 02. Well Done
  • 03. Mother
  • 04. Date Night
  • 05. Faith in the City
  • 06. 1049 Gotho
  • 07. Divide & Conquer
  • 08. Rachel Khoo
  • 09. Stendhal Syndrome
  • 10. Exeter
  • 11. Benzocaine
  • 12. White Privilege
  • 13. Slow Savage
titres conseillés
    Mother - Exeter - slow savage
notes des lecteurs
Du même artiste