Chronique album : Boy Azooga - 1, 2 Kung Fu! - Sound Of Violence
logo SOV

Boy Azooga

1, 2 Kung Fu!

Boy Azooga - 1, 2 Kung Fu!
Chronique Album
Date de sortie : 08.06.2018
Label : Heavenly Recordings
35
Rédigé par Yann Guillo, le 5 juin 2018
Bookmark and Share
1, 2 Kung Fu! Avec ce premier album, Boy Azooga distribuent les Za Quan (coup de poing marteau sur l'oreille), les Dan Tui (coup de pied frontal dans le bas ventre) et nous achèvent avec des Kan Zhang (coup du tranchant de la paume visant le cou).

Le temps de prendre sa position de combat, l'album démarre en douceur, dans les vapeurs gentiment psyché de Breakfast Epiphany tout droit sorti d'un disque perdu des Zombies. Et puis les choses sérieuses commencent. Loner Boogie et son riff titanesque débarquent, rappelant le glam-rock roboratif du Elephant de Tame Impala. Le groupe poursuit le combat avec l'ultra groovy Face Behind Her Cigarette, tube indie en puissance qui donne envie de se déhancher dans les caves de Cardiff ou d'ailleurs.

Après une telle entrée en matière, on se dit qu'on a ici affaire à un client sérieux. Boy Azooga est le projet de Davey Newington. Le Gallois a composé et interprété l'intégralité de l'album. Seules quelques cordes ont été jouées par son propre père. Car pour Davey Newington, la musique est une affaire de famille. Son grand père était batteur dans les Royal Marines, ses parents musiciens pour le BBC National Orchestra Of Wales. Il a lui-même été percussionniste et timbalier dans des orchestres classiques du Pays de Galles et batteur de Charlotte Church en tournée. Pas un perdreau de l'année, donc.

Cette musicalité foisonnante se retrouve sur tout l'album de Boy Azooga. 1, 2 Kung Fu! alterne entre morceaux basés sur un groove irrésistible, comme Taxi To Your Head, et moments plus élégiaques. La très réussie Loser In The Tomb fait ainsi penser à une composition de Syd Barrett passée à la moulinette Pro Tools. Jerry rappelle les miniatures pop sucrées du norvégien Sondre Lerche avec un refrain qu'on imaginerait chanté par Julian Casablancas. Hangover Square a quant à elle la grâce et la délicatesse mélodique d'une chanson d'Elliott Smith ou de Jim Noir. Ailleurs, de courts interludes musicaux, qui rappellent parfois Pet Sounds (Breakfast Epiphany II), renforcent cette impression de foisonnement musical.

Et c'est peut-être là la seule faille de ce disque. Davey Newington a voulu que son album ressemble à une mixtape, un collage surprenant de styles variés. Si 1, 2 Kung Fu! brille par cette versatilité musicale assumée, il peut aussi dérouter par son absence de direction artistique claire. Et perdre quelques auditeurs le long d'un de ses nombreux méandres, le temps d'un Waiting ou d'un Sitting On The First Rock From The Sun à tiroirs par exemple.

Mais, avec des armes aussi tranchantes que son sens du groove affûté et sa muse mélodique inspirée, Boy Azooga devrait aller loin. Avec ce premier album fantasque et rétro-moderniste, Davey Newington signe en tous cas pour l'instant une très belle surprise de printemps. On attend avec impatience la suite de ses aventures.

Bruce Lee serait fier.
tracklisting
    01. Breakfast Epiphany
  • 02. Loner Boogie
  • 03. Face Behind Her Cigarette
  • 04. Walking Thompson's Park
  • 05. Jerry
  • 06. Breakfast Epiphany II
  • 07. Taxi To Your Head
  • 08. Losers In The Tomb
  • 09. Hangover Square
  • 10. Waitin'
  • 11. Sitting On The First Rock From The Sun
titres conseillés
    Loner Boogie, Face Behind Her Cigarette, Jerry
notes des lecteurs