logo SOV

Ben Watt

Storm Damage

Ben Watt - Storm Damage
Chronique Album
Date de sortie : 31.01.2020
Label : Unmade Road
4
Rédigé par Bertrand Corbaton, le 5 février 2020
Bookmark and Share
Le nom de Ben Watt fera peut-être écho pour certains d'entre vous. Il y a quelques années, il était le principal compositeur du duo Everything But The Girl. Le groupe nous a gratifiés de quelques singles jusqu'en 1999 (difficile d'avoir échappé à l'imparable Missing). Depuis, le couple Tracey Thorn et Ben Watt a pris ses distances professionnelles pour vaquer à divers projets solo.

Ben Watt revient aujourd'hui avec Storm Damage, douceur de dix morceaux explorant avec subtilité les rapports humains et les maux de l'âme. Pour ce nouvel album, il s'est simplement entouré d'Evan Jenkins à la batterie et Rex Horan à la basse. Les trois musiciens développent ensemble une musique chaude aux mélodies efficaces et mélancoliques.

Balanced On A Wire donne le ton de l'album. Le piano de Ben Watt est habilement enlacé par la basse ronde et légèrement jazzy de Rex Horan. Les claviers froids qui soutiennent le thème n'en font jamais trop. Tout au long de l'album, chaque instrument joue sa partition sans vouloir prendre le pas sur un autre.
Il en ressort une osmose et une délicatesse surannée du plus bel effet, comme sur le magnifique Summer Ghosts, petit bijou fragile et percutant. Là encore Ben Watt ne déballe pas l'artillerie lourde et chaque touche électro est pesée pour ne pas déstabiliser l'édifice.

C'est aussi le cas sur Irene, autre temps fort de Storm Damage. Ici, la guitare remplace le piano et sert de charnière au morceau. Le thème électro qui sert d'intro s'entend tout le long et se mêle avec délicatesse aux claviers. C'est fin, intelligent, et jamais Ben Watt ne tombe dans une facilité grotesque. Les rares tentatives d'accélérer le tempo ne cassent en rien l'homogénéité de l'ensemble. Ainsi, Figures In The Landscape et son refrain entêtant aux claviers eighties ne sont pas exempts de cette ambiance pluvieuse.

La recette sur Storm Damage est souvent la même, mais le talent des musiciens nous préserve des redondances ou de l'ennui. Il en sort un album dense et nocturne qui enveloppe l'auditeur et conduit à la sérénité. La mélancolie de Sunlight Follows The Night ou de Knife In The Drawer n'aurait pas été reniée par David Sylvian. Pourtant, l'ensemble reste toujours positif et évite les chemins menant à un spleen Baudelairien pesant. Car Ben Watt fait toujours jaillir la lumière de la brume, même dans ce Hand absolument poignant. L'apparente simplicité n'affecte en rien le message et la puissance du morceau qui touchent en plein coeur.
Seul You've Changed, I've Changed ne semble pas frappé par la même grâce que les autres morceaux. Mais Festival Song, dernier titre de l'album, fait vite oublier ce léger désagrément pour conclure dans une douceur cotonneuse.

Ce quatrième album de Ben Watt est une véritable réussite. Mélancolique, mais jamais caricatural, épuré, mais jamais simpliste. Posez-vous dans votre canapé avec un verre, regardez la pluie tomber et laissez vous porter par Storm Damage.
tracklisting
    01. Balanced On A Wire
  • 02. Summer Ghosts
  • 03. Retreat To Find
  • 04. Figures In The Landscape
  • 05. Knife In The Drawer
  • 06. Irene
  • 07. Sunlight Follows The Night
  • 08. Hand
  • 09. You've Changed, I've Changed
  • 10. Festival Song
titres conseillés
    Summer Ghosts, Irene, Hand
notes des lecteurs