logo SOV

Erasure

The Neon

Erasure - The Neon
Chronique Album
Date de sortie : 28.08.2020
Label : Mute
25
Rédigé par Bertrand Corbaton, le 18 août 2020
Bookmark and Share
Parmi les groupes phares des années 80, certains ont totalement disparu. D'autres, à l'image de Depeche Mode, ont traversé les décennies en évoluant constamment. Erasure ne font partie ni de l'une, ni de l'autre catégorie. La sortie de The Neon devrait nous conforter dans cette idée tant Erasure semblent avoir peu changé depuis leurs débuts en 1985. Certes, Andy Bell et Vince Clark ont pris de la bouteille, et la technologie a fait évoluer les sonorités des claviers et pourtant...
Erasure semblent utiliser à l'infini cette bonne vieille formule qui scelle leur identité visuelle et sonore jusqu'à la caricature, mais leur permettant de garder une aura particulière.

Ainsi, la carte du groupe léger et dansant marque une nouvelle fois ce nouvel album. The Neon s'ouvre sur un Hey Now (Think I Got A Feeling) sautillant et efficace, bardés de sons rétros. Mais pouvait-il en être autrement ? Certainement pas si l'on convient qu'Erasure ne savent pas faire grand-chose d'autre. Que ce soit par volonté assumée de ne pas se départir de ce qui fait son essence, ou par manque latent de créativité, The Neon reprennent les mêmes codes des premiers morceaux de Depeche Mode, quand Vince Clark était encore la tête pensante de la bande de Basildon.

Fallen Angel et No Point Of Tripping rassemblent les ingrédients d'une synth pop joyeuse, facile et mièvre qui ravira tous ceux veulent une musique de fond à une quelconque activité journalière. Si Kid You're Not Alone et Diamond Lies se démarquent un tant soit peu, l'ensemble est très homogène et similaire aux productions d'Erasure depuis trente-cinq ans. La tentative de balade au piano sur New Horizons n'arrive pas non plus à convaincre et reste plutôt conformiste autant pour sa musique que ses paroles convenues.

Le plaisir des quelques sons un peu rétros ne parvient pas à faire passer certaines mélodies réellement agaçantes tant elles sont évidentes comme sur Shot A Satellite.

Ainsi, Erasure s'entêtent à ne pas changer, à reproduire les mêmes chansons encore et encore. C'est aussi certainement cela qui assure au groupe sa longévité ainsi qu'une base de fans solide et fidèle. Hermétiques au changement, on ne peut pas reprocher à Andy Bell et Vince Clark de céder à des courants qui les auraient certainement fait se perdre dans le néant.
Au final, l'écoute de The Neon peut s'avérer agaçante, voire carrément pénible pour celui qui n'est pas fan invétéré du groupe ou qui rechigne à écouter cette pop électronique légère et désuète. On pourra pourtant saluer la force de caractère d'un groupe immuable et droit dans ses bottes, certain de sa force et de ce qu'il renvoie.

The Neon ravira les fans de la première heure, et renforcera aussi son image iconique chez une partie de la communauté LGBT, grâce au clip de Nerves Of Steel, où plusieurs candidats de RuPaul's Drag Race sont mis à l'honneur. Les autres passeront leur chemin dans le meilleur des cas. Dans le pire, ils railleront avec mépris ce groupe caricatural sans autres arguments que celui de la nostalgie des années 80.
tracklisting
    01. HEY NOW (THINK I GOT A FEELING)
  • 02. NERVES OF STEEL
  • 03. FALLEN ANGEL
  • 04. NO POIN T IN TRIPPING
  • 05. SHOT A SATELLITE
  • 06. TOWER OF LOVE
  • 07. DIAMOND LIES
  • 08. NEW HORIZONS
  • 09. CAREFUL WHAT I TRY TO DO
  • 10. KID YOU'RE NOT ALONE
titres conseillés
    KID YOU'RE NOT ALONE, DIAMOND LIES
notes des lecteurs