logo SOV

Mumford And Sons
Jack Garratt

Paris, Olympia - 7 juillet 2015

Live-report par Johan

Bookmark and Share
Actuellement en pleine tournée de leur troisième album Wilder Mind, paru il y a un peu plus de deux mois, Mumford & Sons passaient par l'Olympia de Paris ce mardi 7 juillet pour une soirée affichant complet depuis de nombreuses semaines déjà.

Premier faux-pas dans la discographie du groupe, Wilder Mind a beaucoup déçu. Pas qu'il soit véritablement mauvais en soi mais il ne représente pas le son des deux premiers opus. Classique, formaté, on croirait revivre dix ans plus tard la réorientation musicale des Kings Of Leon qui sont passés d'un subtil et unique southern rock à un rock de stade emphatique impersonnel...

SOV

Et c'est hélas ce troisième album qui est largement mis en avant ce mardi soir avec pas moins de onze chansons interprétées sur les douze qu'il comprend. Le show débute ainsi avec Snake Eyes et Wilder Mind, deux chansons pop rock qui font le job en live, prouvant ici un semblant d'intérêt par rapport à leur pendant studio : faire danser le public.

Après ce début quelque peu timide, Mumford And Sons sortent vite l'artillerie lourde – et notamment le banjo ! – avec deux compositions tirées de leur second disque, Babel : I Will Wait et son refrain lumineux repris en chœur par l'assistance, puis l'épique Below My Feet et son lent crescendo sur lequel Marcus Mumford hausse le ton, faisant son petit effet dans la salle de l'Olympia.
On reste dans la folk avec la débridée Broad-Shouldered Beasts, sur laquelle les instruments s'entremêlent merveilleusement, avant que Lover Of The Light ne vienne ralentir le tempo le temps de quelques minutes durant lesquelles la voix de Marcus Mumford ne s'est jamais faite aussi limpide et poignante.

SOV

Première chanson de Sigh No More à faire son apparition, Thistle & Weeds se voit ici remaniée, davantage adaptée à la scène mais perdant quelque peu de son identité, de sa saveur. L'acoustique est ensuite de mise, tout d'abord avec le tendre Ghosts That We Knew où le violon, la contrebasse et l'inévitable banjo se font relativement discrets, laissant davantage d'espace aux voix et au refrain qui est repris en chœur aussi bien sur scène que dans la fosse.
C'est ensuite au tour de Timshel et Cold Arms de se voir réarrangées. Les musiciens viennent se placer sur le devant de la scène pour interpréter sans microphones les deux compositions dans des versions les plus dépouillées qu'il soit, accompagnés seulement du banjo et d'une guitare acoustique. Un vrai beau moment, simple et inattendu, sur la scène de l'Olympia !

Alors que tout le monde se lève suite à ces deux prestations, la seconde moitié du concert est une autre paire de manches pour ceux qui ont été profondément déçu par Wilder Mind. Heureusement – et étonnamment –, la majorité du public répond davantage présent sur les titres du dernier album que ceux des deux précédents. Ainsi, la seconde heure fait bouger l'audience comme jamais on aurait pensé cela possible il y a encore trois mois. Entre le single sirupeux Believe, le Colplay-ien Tompkins Square Park, le rock fadasse de Ditmas, le religieux Only Love et la balade interminable Monster, chacun y trouve son compte.

SOV

Entre-temps, les captivants The Cave et Roll Away Your Stone ont pointé le bout de leurs accords pour une pause country folk absolument imparable, bienvenue entre deux fortes doses d'électricité. Plus loin, c'est au tour de Dust Bowl Dance de fermer la marche avec un Marcus Mumford qui se met à la batterie, terminant le titre sur un rock musclé et un refrain scandé en chœur par les musiciens avant que le chanteur ne monte sur une enceinte sur le devant de la scène afin de conclure en a cappella accompagné par le public.

La formation londonienne revient sur scène quelques minutes plus tard pour nous jouer Hot Gates, à la folk certes classique mais plutôt efficace. Dernier titre de Sigh No More à être joué ce soir-là, Little Lion Man quant à lui ne lésine pas sur l'énergie que le groupe peut lui insuffler, déballant les instruments, de la batterie survoltée aux claviers dansants en passant par l'intenable banjo !
The Wolf vient enfin conclure une soirée qui laisse définitivement sur une impression mitigée : d'un côté la joie d'assister à une performance de Mumford And Sons et d'y entendre des chansons telles que I Will Wait et Dust Bowl Dance, de l'autre la déception de subir Wilder Mind sur près d'une heure où la meilleure chose que l'on a à faire est de réfléchir à si l'on va passer prendre MacDo ou sushis en rentrant chez soi...

Même si bien trop focalisé sur Wilder Mind, un show de cette ampleur sait tout de même laisser de bons souvenirs, le groupe ayant tout de même déployé sur près de deux heures une énergie sans pareille et des moments que lui seul peut procurer.
setlist
    Snake Eyes
    Wilder Mind
    I Will Wait
    Below My Feet
    Broad-Shouldered Beasts
    Lover of the Light
    Thistle & Weeds
    Ghosts That We Knew
    Timshel
    Cold Arms
    Believe
    Tompkins Square Park
    The Cave
    Roll Away Your Stone
    Only Love
    Ditmas
    Monster
    Dust Bowl Dance
    --
    Hot Gates
    Little Lion Man
    The Wolf
photos du concert
    Du même artiste