logo SOV

The Cure

Paris, Bercy - 12 mars 2008

Live-report par Jean-Christophe Gé

Bookmark and Share
Paris, la ville de lumière, ses artistes, ses boutiques, ses expos, ses monuments, ses vélibs, une ville que le monde entier envie. Depuis le 14 mars, c’est la ville qu’envie toute la communauté des curistes. The Cure y a joué l’un de ses concerts les plus longs de son histoire avec un Faith magistral en quatrième rappel, mais j’y reviendrais. Ce concert a été filmé, en attendant le DVD, les bootlegs tournent bon train sur internet.

Retour sur les faits. 20h15, les lumières de Bercy se re-éteignent. Plainsong raisonne dans le Palais omnisports, dans une version lente et puissante, on sait déjà que le concert sera un marathon, le groupe n’économise pas son énergie mais la distille régulièrement et sûrement. Pour être sûr de tenir la durée, le groupe s’est imposé une règle stricte, les concerts n’ont lieu qu’un soir sur deux.

La configuration de cette tournée est à quatre, sans synthé, mais avec un guitariste virtuose, Porl Thomson, membre de The Cure de 1983 à 1993 et beau frère de Robert Smith. Le groupe est plus que jamais une affaire de famille. Dans ces versions grosse basse (Simon Gallup, 25 ans de service), guitares, batterie Prayers For Rain est plutôt une attente d’orage. Robert Smith fait des effets de voix avec un long praaaaayers for rain, ce soir, les cure vont tout donner. Je danse comme un dératé sur A Strange Day, il faut être maso ou complètement fan pour jubilé sur ce qui est un des titres les plus glauques du groupe et probablement un des plus glauques du rock anglais tout court.

Les nombreux titres de Disintegration joués me renvoient à mon premier Cure à Bercy et rien n’a changé, ou presque. Même dans la setlist, les deux tiers des titres de 1989 auront été joué ce soir. Pas facile de faire un choix dans leurs douze albums, sur la tournée, c’est plus de 60 titres qui tournent issus de l’ensemble de leur répertoire en laissant un peu de côté Bloodflowers de 2002.

Le light show respecte l’histoire du groupe, lumières rouges pour les titres de Pornography, orangées pour ceux de Kiss Me, ils reprennent même les lumières bleues et vertes du clip pour A Forest. Pour les singles, ce sont souvent les pochettes qui sont projetées en géant sur quatre écrans verticaux, rappelant que le groupe a toujours entretenu un esthétique particulière et des pochettes finalement assez belles (The Walk, Lovesong, Primary…).

Des cœurs débiles tournoient sur l’écran, c’est Friday I'm In Love, le titre est joyeusement débile à la Pixar et il est moins bizarre de sautiller dessus que sur A strange day. Il y aura d’autres instants festif comme In Between Days. La chute est d’autant plus brutale pour les séquences de rock déchiré (Shake Dog Shake, Never Enough) ou le final cold avec 100 Years et Disintegration.

Les rappels sont thématisés. 17 Seconds pour le premier avec un A Forest en final qui fait se dresser toute la salle. Le second est plus psychélique. Avec un Lovecats en version n'importe comment et Freak Show un des trois nouveaux titres joués pendant la tournée. Difficile de se faire une idée de ces nouvelles compositions en version live, mais ce morceau ci est clairement le plus déjanté et celui qui renouvelle le plus le style du groupe. D’habitude les concerts se terminent par une série de morceaux post-punk issus du premier album : Three Imaginary Boys, Fire In Cairo, Boys Don't Cry, Jumping Someone Else's Train, Grinding Halt, 10:15 Saturday Night, Killing An Arab. Cette série suffit généralement à retourner le public qui peut retourner chez lui. Mais ce soir à Paris, The Cure en a fait plus, ils sont revenus une quatrième fois pour un Faith magistral et monumental sur fond de cathédrale.

Il paraît que le concert a duré 3h30, je ne sais pas si c’est long, mais c’était beau et grand.
setlist
    01. Plainsong
    02. Prayers for rain
    03. A strange day
    04. Alt.end
    05. The walk
    06. The end of the world
    07. Lovesong
    08. To wish impossible things
    09. Pictures of you
    10. Lullaby
    11. From the edge of the deep green sea
    12. Kyoto song
    13. Please project
    14. Push
    15. How beautiful you are...
    16. Friday i'm in love
    17. Inbetween days
    18. Just like heaven
    19. Primary
    20. A boy i never knew
    21. Shake dog shake
    22. Never enough
    23. Wrong number
    24. One hundred years
    25. Disintegration
    -------------
    26. At night
    27. M
    28. Play for today
    29. A forest
    -------------
    30. The lovecats
    31. Let's go to bed
    32. Freak show
    33. Close to me
    34. Why can't i be you?
    -------------
    35. Three imaginary boys
    36. Fire in cairo
    37. Boys don't cry
    38. Jumping someone else's train
    39. Grinding halt
    40. 10:15 saturday night
    41. Killing an arab
    -------------
    42. Faith
photos du concert
    Du même artiste