logo SOV

Pale Seas

Something Or Nothing

Pale Seas - Something Or Nothing
Chronique Single/EP
Date de sortie : 05.03.2012
Label :Fear & Records
45
Rédigé par Fantin, le 12 mars 2012
Bookmark and Share
Le folk ne s'est jamais mieux porté qu'aujourd'hui. Si l'on pourrait croire que c'est aux Amériques que naquît et persista cette musique minimaliste et sensible, on ne peut que constater sa grande diversité dans le monde entier. Ne serait-ce qu'en Angleterre, de longue date terre de noirceur musicale, on a vu ces dernières années éclore des formations des plus brillantes et même innovantes : Lanterns On The Lake et son folk aérien, l'association étonnante de King Creosote et Jon Hopkins, les expérimentations de David Thomas Broughton. La liste de ces auteurs miraculés, de plus en plus riche, continue de nous épater.

Sous le pseudonyme poétique et séduisant de Pale Seas nous parvient l'œuvre étonnante de quatre jeunes gens originaires de Southampton. Et déjà, alors que ni leurs visages ni leurs mots ne nous sont encore bien familiers, on se sent happés par un charme musical romantique à souhait, une écriture onirique aussi bien ficelée que bouleversante. Rares sont les singles qui provoquent autant d'émoi.

Avec une simplicité touchante qui n'est pas sans rappeler celle du regretté Elliott Smith, un chant intimiste et presque Lennonesque par son phrasé à demi nasillard, Something Or Nothing véhicule d'une sincérité désarmante des vers d'une évidence efficace et en cela remarquables. « Is it something or nothing at all ? », ou le questionnement universel que tout événement amoureux semble imposer.
Des accords balayés de manière entêtante, une basse évasive, des chœurs enivrants, telles semblent être les clés de ce tube folk aussi sublime qu'accessible. Judicieusement camouflée derrière des arrangements lo-fi, cette composition intemporelle puise dans le minimalisme sa force de contagion émotionnelle, tire parti d'une atmosphère brumeuse et rêveuse que l'on pensait réservée à la dream pop.

Toute aussi mélancolique, la face B de ce single à haute teneur émotionnelle nous éblouit telle une pièce maîtresse clôturant un disque sans réel défaut. En suivant la même composition orchestrale que sa sœur siamoise (on pourra constater la complémentarité des deux titres), Amour éveille des souvenirs personnels à travers les complaintes nostalgiques forcément perceptibles que véhicule un duo de chanteurs mixte et séduisant. « When I Was Young » se lamentent des voix aussi sensibles que troublantes.

Mélancolique et éblouissant, ce premier single percutant par sa simplicité et son lyrisme naïf, ne peut que propulser Pale Seas parmi les groupes britanniques dans lesquels on forge tout notre espoir. Oui, encore un.
notes des lecteurs
Du même artiste