logo SOV

Happyness

Tunnel Vision On Your Part EP

Happyness - Tunnel Vision On Your Part EP
Chronique Single/EP
Date de sortie : 23.09.2016
Label :Moshi Moshi
4
Rédigé par Xavier Turlot, le 18 septembre 2016
Bookmark and Share
Le trio londonien Happyness fait son retour musical avec un troisième EP, un an après la publication du très remarqué Weird Little Birthday. Rock alternatif qu'on dit « slacker » car souvent chuchoté et d'apparence dilettante, leur musique soyeuse produite dans la plus stricte observance des rites nineties a évoqué moult comparaisons, que ce soit avec Elliott Smith, Sparklehorse ou Eels. De l'autre côté de la Manche et en plus récent, c'est proche de Yuck ou de Maze qu'on pourrait les ranger. Ce disque à la longueur provocante (et enregistré dans une église abandonnée !) méritait une relève solide : elle est là.

Tunnel Vision On Your Part s'inscrit exactement dans la continuité esthétique du groupe. Dès Anna, Lisa Calls on retrouve la simplicité et la proximité qui font tout le charme de Happyness. Sans artifices et sans détours, le morceau accroche instantanément et nous ramène une fois n'est pas coutume vingt ans en arrière. Jon EE Allan et Benji Compston entrelacent voix retenue et chœurs vaporeux autour d'une instrumentation dépouillée qui se muscle progressivement, ré-exposant copieusement un refrain entêtant. Pour le niveau de nonchalance ne vous inquiétez pas : « On l'a écrite en un jour et enregistrée directement après. On s'est rendus compte que ça faisait longtemps qu'on n'avait pas mis de synthé sur une chanson, alors on en a mis un ».

SB's Truck est dans la même veine, de la pop ensoleillée pour le coup très proche d'Elliott Smith. Une rythmique délicate, une progression harmonique soignée sur laquelle le groupe évoque Samuel Beckett lorsque il se proposait de conduire André le Géant à l'école, ce futur catcheur étant alors déjà trop grand pour rentrer dans la voiture de son père. Anecdote improbable qui reflète bien le goût de Happyness pour l'absurde et le cocasse. La chanson éponyme, qui s'étire sur plus de six minutes, nous renvoie elle dans les torpeurs estivales trop tôt disparues. Lente et lascive, elle engourdit l'auditeur avec ses suspensions de piano, d'orgue et de xylophone, prenant tout le temps que le groupe a jugé nécessaire. L'irrévérence donnera plus d'une fausse note au piano, qui préfère craquer que finir dans la maîtrise.

Outre ces trois nouvelles chansons, le nouvel EP propose deux reprises. D'abord Surfer Girl des Beach Boys, dans une version particulièrement douce et soyeuse. Les chuchotements viennent se poser sur une lente rythmique acoustique, on croit percevoir le bruit des vagues qui se retirent dans le son cristallin des cymbales. Voilà une reprise sympathique, même s'il est dur d'y voir une réelle réinterprétation, d'autant plus que le titre est mondialement connu... Ce n'est pas le cas de la seconde reprise, intitulée Friend Of The Revolution, qui vient d'un groupe américain quasiment introuvable nommé Club Gaga. Le morceau s'insère avec logique dans le disque, même s'il possède un aspect plus british et new wave que les autres ; en revanche on peut se demander si les dissonances de l'orgue sont volontaires tant elles sont dérangeantes lorsque elles surviennent (brièvement).

Voilà en résumé un bon jalon pour Happyness, en attendant un nouveau LP qu'on souhaite aussi long et bon que le précédent. Les deux reprises n'étaient pas complètement nécessaires et il est pratiquement sûr que le groupe aurait pu puiser dans un stock de démos à la place, mais c'est toujours ça de plus pour le prochain !
tracklisting
    01. Anna Lisa Calls
  • 02. Friend of the Revolution
  • 03. SB's Truck
  • 04. Surfer Girl
  • 05. Tunnel Vision On Your Part
titres conseillés
    -
notes des lecteurs
Du même artiste