logo SOV

Two Door Cinema Club

Tourist History

Two Door Cinema Club - Tourist History
Chronique Album
Date de sortie : 01.03.2010
Label : Kitsuné/Cooperative Music
4
Rédigé par Laurie, le 12 mars 2010
Bookmark and Share
En provenance d'Irlande du Nord, les Two Door Cinema Club attendent au tournant Klaxons et consorts avec un Tourist History à la hauteur de leurs performances scéniques : parfait.

De ces trois gamins sautillants, connus sous l'appellation Two Door Cinema Club, on garde le merveilleux souvenir de concerts majestueux en 2009. Il y eu la soirée Kitsuné à la Maroquinerie où le trio partageait la loge de la Roux, et deux dates au festival des Inrockuptibles, à la Boule Noire puis à la Cigale. Assister à un live de Two Door Cinema Club est un moment magique, énervé, sautillant et joyeux qui pourtant n'a rien à voir avec une quelconque utopie de révolution musicale. Non, loin de là cette idée. Les trois compères de Bangor jouent depuis leur adolescence un mélange de pop et de punk, livré en offrande à des guitares boulimiques, intenables, qui s'essouffle rarement au delà des 3 minutes 50.
Assister à un concert des Two Door Cinema Club, c'est revivre les premiers émois ressentis avec Bloc Party, ce mélange de rock et de pop fluo, qui allait tout raser dans les années 2000 sous l'appellation « nouveau post-punk ». Pire, leurs refrains, leurs mélodies, s'emboîtent tellement bien que l'on a presque l'impression de déjà les connaître. Car la force de ce trio réside bien là : un sens de la mélodie irréprochable. Cette efficacité provoque les mêmes réactions à chacun de leur concerts : bottes et converses en lévitation, gobelets de bière renversés et hanches déboîtées. Les Two Door Cinema Club ont le même credo que celui de Franz Ferdinand : faire danser les gens. Mieux, très vite, le groupe s'est même rendu compte que sans batteur ils étaient meilleurs. Eux qui n'avaient jamais songé aux boites à rythmes ont appris à s'en servir pour décupler le potentiel dancefloor de leur chansons, lorsque leur premier et seul batteur a du quitter le groupe voici quelques années.

En résumé, Two Door Cinema Club font ce qu'on connait déjà... en mieux. En tellement mieux que leur musique devient essentielle et presque innovante. Après quelques singles sortis chez Kitsuné (Something Good Can Work, I Can Talk), le groupe illumine 2010 avec un premier album. Ecoutez Undercover Martyn ou What You Know et laissez la magie pop opérer. Les morceaux partent au quart de tour, guitares sorties, beuglant en chœur leurs accords, accompagné de la fameuse boite à rythme, omniprésente, sans être racoleuse pour autant. On comprend peut-être mieux pourquoi Kitsuné, maison plus électro que rock, les a signés. Qu'importe que le groupe préfère les guitares aux claviers. Ce qui transparait de façon évidente est cette euphorie, propre à nombre de fluo kids, type Hot Chip ou Klaxons. Parfaite définition du moment, de Dancing Rock, les Two Door Cinema Club laissent entrevoir l'alchimie entre la production d' Eliot James (Kaiser Chiefs, Noah and The Whale) et le mixage de Philippe Zdar (Cassius). Un terreau rock et electro qu'on retrouve donc dès le studio, éclatant et évident à l'écoute de l'album.

Two Door Cinema Club est la première révélation de l'année, aussi sûr et certain qu'Alex Kapranos a du souci à se faire.
tracklisting
    1. Cigarettes In The Theatre
  • 2. Come Back Home
  • 3. Do You Want It All?
  • 4. This Is The Life
  • 5. Something Good Can Work
  • 6. I Can Talk
  • 7. Undercover Martyn
  • 8. What You Know
  • 9. Eat That Up, It's Good For You
  • 10. You're Not Stubborn
titres conseillés
    Something Good Can Work, I Can Talk
notes des lecteurs
Du même artiste