logo SOV

Two Door Cinema Club

Paris, Cigale - 3 juin 2010

Live-report par Julien Soullière

Bookmark and Share
Alors oui le concert affichait complet. Oui, la foule amassée sur le trottoir à mon arrivée semble interminable. Oui, les irlandais de Two Door Cinema Club ne sont plus ce qu’on pourrait appeler des anonymes. N’empêche, il est toujours impressionnant de se retrouver dans une salle pleine comme l’est La Cigale aujourd’hui. Pied de nez à celles et ceux qui ont eu trop chaud à Paris, c’est dans un épais et étouffant nuage de fumée que l’on pénètre une fois les portes donnant sur la scène franchies. Quelque soit le niveau d’activité des uns et des autres ce soir, il parait acquis que personne ne souffrira du froid.

Le temps pour moi d’enguirlander le bonhomme qui pensait passer inaperçu en me jetant son gobelet vide sur les pieds que les lumières s’éteignent. La foule, à bloc, donne déjà de la voix. Très logiquement, le set de Jamaïca débute dans une agréable ambiance reggae. Les chiens ne font pas des chats, c’est bien connu.
Après un premier titre parfait pour se mettre en jambe, les français enchainent avec le jouissif I Think I Like U2, reconnu dès les premières notes par une partie de l’assistance. Antoine, Florent et David s’amusent ce soir, ils ne s’en cachent pas. Le public, lui, à l’air de prendre son pied également. Et ce même si l’attente est ailleurs.
Malgré de petits problèmes du côté de la batterie, qui seront réglés rapidement et n’entacheront en rien la qualité du set, la formation, anciennement nommée Poney Poney, nous livre une prestation techniquement maîtrisée, à la croisée des genres : un hybride à la fois grunge, électro et dansant. Un set énergique, à l’image de sa fin, qui voit Antoine céder sa guitare à un membre du public, dès lors chargé de gratter les cordes à la place du frontman. Les garnements joueront à Solidays cette année, pour sûr qu’on se les garde sous le coude.

En attendant l’arrivée de la tête d’affiche, la salle est plongée dans une ambiance très dancefloor. C’est sympa, pourtant, rien à faire, l’attente reste insupportable pour les fans présents ce soir. Heureusement, tout à une fin.
Alex Trimble et sa bande font enfin leur entrée sur scène, effets stroboscopiques à la clé. Le public est déchainé. Preuve en est, dès le premier titre, les mains s’entrechoquent, les bouches chantent, les corps dansent. Ça ne s’arrêtera plus. Le premier titre joué et la foule saluée comme il se doit, le combo continue sur sa lancée avec l’indispensable Undercover Martyn, un des morceaux phares de leur premier album. Deux chansons plus tard, c’est un de leurs autres tubes, Something Good Can Work, qui fait se trémousser une foule en plein délire. A l’écoute du titre, je prends conscience que sa trop grande exposition (merci le Crédit Agricole) aura véritablement eue raison de moi : je n’en peux tout simplement plus. Vite, on passe à This Is The Life, qui sera suivis de deux inédits. Bien qu’ils ne soient, à l’évidence, pas aussi familiers pour le public que les morceaux figurants sur Tourist History, la formule Two Door Cinema Club ne change pas vraiment d’un morceau à l’autre. On est en terrain connu, ça aide. Et, au vu de l’énergie déployée par les irlandais, on ne peut qu’être conquis. Ou quelqu’un d’horriblement blasé, au choix.

Titre après titre, le concert se vit avec la même intensité, sur scène comme dans l’assistance. La technique est irréprochable, les jeux de lumière également. Le public, aux anges, ne faiblira jamais, chantant, dansant, criant. D’autant plus quand est joué ce qui est annoncé comme le dernier titre de la soirée, Eat That Up, It’s Good For You.
La charge est sonnée pour obtenir un rappel attendu comme le Messie. Aucune surprise cependant, le groupe ne pouvant évidemment pas nous laisser là, comme cela, sans I Can Talk. Véritable hymne, celui-ci confluera ce soir le set des petits protégés de Kitsuné. Le sol tremblera une fois de plus.

Beaucoup soulignent un manque flagrant d’originalité chez Two Door Cinema Club. Certes, il n’y a là rien de franchement nouveau; mais il en est de même chez beaucoup d’autres. Que voulez-vous, on n’innove pas tous les jours. D’autres encore voient les irlandais comme une usine à tubes, une fabrique à bijoux pop. Pour ma part, je reste assez dubitatif. Et puis, ils n’en sont qu’à leur premier album.
Une chose est sure: la réputation élogieuse autour de leurs prestations scéniques n’est pas usurpée. Two Door Cinema Club en concert, c’est bon, mangez-en.
setlist
    Cigarettes In The Theatre
    Undercover Martyn
    Hands Off My Cash
    Do You Want It All
    Something Good Can Work
    This Is The Life
    Kids
    Costume Party
    You’re Not Stubborn
    What You Know
    Eat That Up, It’s Good For You
    -------
    Come Back Home
    I Can Talk
photos du concert
    Du même artiste