logo SOV

The Kills

Blood Pressures

The Kills - Blood Pressures
Chronique Album
Date de sortie : 04.04.2011
Label : Domino Records
4
Rédigé par Emeline, le 5 avril 2011
Bookmark and Share
Trois ans après fait de leur album Midnight Boom un formidable tremplin médiatique et une occasion en or de se faire connaître auprès d'un public plus large, non plus réservé à une scène rock indépendante, le duo américano-anglais revient avec un quatrième disque qui confirme toutes nos attentes : The Kills est définitivement un groupe à part, n'en déplaise à ceux qui pensaient voir en leur musique blues-rock cheap de leur premier album qu'une éphémère mode musicale apparue aussi vite qu'elle aurait pu disparaître.

Car de toute évidence, Alison Mosshart et Jamie Hince ont su se façonner au fur et à mesure des années un style propre, une attitude aussi singulière qu'attachante, et un son, un vrai. C'est finalement avec tous ces ingrédients réunis et ajoutés à une meilleure expérience de l'exploration sonore que les deux musiciens nous reviennent aujourd'hui. Toujours aussi percutants, directs et intuitifs.

Avec Blood Pressures, un cap nouveau est franchi : finies les chansons faites de bric et de broc articulées par des riffs minimalistes de guitare soutenus par une rythmique binaire. Exit aussi les silences : les guitares, lourdes (comme en témoigne l'efficace Satellite), grasses et tranchantes, les basses vrombissantes, les batteries puissantes et réverbérées à souhait, et de discrets synthétiseurs remplissent cette fois-ci complètement l'espace sonore.
Résultat de cette intelligente démarche : une production qui vient servir à la perfection des titres rugueux et carrément jouissifs (Future Start Slows, Nail In My Coffin) mais aussi des slows et ballades down-tempo audacieuses et sensuelles comme The Last Goodbye, chanté avec classe par VV, ou encore l'interlude Wild Charms, où l'on se plait à imaginer Jamie Hince en charismatique crooner, faisant du gringue à une foule de demoiselles lors d'un bal des années 50.

Toujours sur un fil blues tendu (DNA), le groupe continue également de surfer ça et là sur une base folk velvetienne, notamment sur l'inspiré Pots And Pans, qui aurait très bien pu se retrouver sur une face B du disque Keep On Your Mean Side, et de préserver son côté pop mainstream sur le consensuel Baby Says, cousin du single Black Balloon. Belle performance.
tracklisting
    01. Future Starts Slow
  • 02. Satellite
  • 03. Heart is A Beating Drum
  • 04. Nail In My Coffin
  • 05. Wild Charms
  • 06. DNA
  • 07. Baby Says
  • 08. The Last Goodbye
  • 09. Damned If She Do
  • 10. You Don't Own The Road
  • 11. Pots and Pans
titres conseillés
    Future Starts Slow, Nail In My Coffin, Pots and Pans
notes des lecteurs
notes des rédacteurs
Du même artiste