logo SOV

Diagrams

Black Light

Diagrams - Black Light
Chronique Album
Date de sortie : 16.01.2012
Label : Full Time Hobby
25
Rédigé par Maxime Delcourt, le 9 janvier 2012
Bookmark and Share
Que ceux qui croyaient connaître Sam Genders laissent leurs souvenirs au vestiaire. Avec Diagrams, son projet solo après avoir quitté Tunng, tout est fait pour que l’auditeur s’attarde sur ce qui ne peut l’être. Objectif : rafraichir l’univers pop et le dynamiter d’une volupté aux forts accents électroniques et funk.

Comment se démarquer lorsque votre CV nous rappelle que l’on était leader d’un des plus surprenants groupes de folk expérimentale du royaume d’Angleterre ? La question n’appelle pas une réponse aussi directe qu’on le souhaiterait, ce qui constitue une réponse en soi. En s’envolant vers de nouveaux projets, Sam Genders souhaite clairement se défaire de l'influence du passé pour aller vers des sujets plus souples et un chant plus ample. Et l'on ressent de la sympathie pour son allant juvénile. Sur ce premier album, Black Light, cet excellent tribun nous emporte dans ses rêveries tourbillonnantes. Mais l’emballement n’empêche pas les malentendus. Groovy et sensuel, les compositions possèdent malgré tout les qualités et les défauts usuels de « morceaux pop ». Conséquence : le groupe pique du nez.

Il n’empêche, Black Light n’a rien de repoussant. A ceux qui pense que le passé ne passe pas, et contrairement aux albums de Tunng, Diagrams propose à la tristesse d’aller voir ailleurs si on y est. Fait de mélodies singulières et modulées, l’album est un étrange mélange revu et allégé d’influences telles que Arthur Russell, Metronomy ou Peter Gabriel.
Prenons Antelope qui semble être la concrétisation de ce que Sam Genders ne pouvait être précédemment. Ce morceau anguleux est assez précis pour définir la propreté de la production. D’où vient alors le fait que l’album ne nous bouleverse pas ? Peut-être parce qu’à force de vouloir trop bien faire, Diagrams n’atteint pas la spontanéité souhaitée. Sans doute parce qu’au fond ce premier album transpire l’agressivité retenue et ne parvient donc pas à démarquer le groupe des autres gugusses du genre. Où comment s’engouffrer malgré soi dans l’acte banalement plat de produire pour reproduire.

Reflet de son époque, Diagrams ne prend que peu de risques : féru de réalisme, Black Light se restreint dans cette contrainte tandis que le schéma sonore doit être pris pour ce qu’il est malgré ses erreurs et ses errances. La suite ? Mystère !

tracklisting
    01. Ghost It
  • 02. Tall Buildings
  • 03. Night All Night
  • 04. Appetite
  • 05. Milles
  • 06. Antelope
  • 07. Black Light
  • 08. Animals
  • 09. Peninsula
  • 10. Horses
titres conseillés
    Antelope, Night All Night, Animals
notes des lecteurs
notes des rdacteurs
Du même artiste