logo SOV

Diagrams

Dorothy

Diagrams - Dorothy
Chronique Album
Date de sortie : 12.05.2017
Label : Bookshop Records
4
Rédigé par Xavier Turlot, le 10 mai 2017
Bookmark and Share
Le nouvel album de Diagrams, Dorothy, est le fruit d'une histoire particulière. Sam Genders, le leader du groupe et ancien membre de Tunng, est tombé sous le charme artistique d'une poétesse de 90 ans, Dorothy Trogdon, dont on lui a donné le recueil de poèmes Tall Woman Looking. Décidé à en faire ce qu'il fait le mieux, des chansons, il prend contact avec l'Américaine, qui vit dans la région de Seattle, la rencontre et ils tombent d'accord. Le résultat de cette collaboration improbable constitue le troisième album de Sam Genders, logiquement nommé d'après son inspiratrice. Il a été produit grâce à une campagne de crowdfunding, pendant laquelle Genders a abondamment détaillé sa vision du projet et le sens qu'il avait pour lui.


Toujours dans une veine folk multi-instrumental, le disque est plus dépouillé encore que les précédents, plus bucolique aussi. Kelly Pratt, qui a notamment travaillé avec Arcade Fire et Beirut, a été en charge des arrangements, extrêmement soignés et variés, donnant la part belle aux cuivres et vents en tous genres. Ils visent à enjoliver la puissance poétique des textes, plus importants ici que jamais vu qu'ils sont la raison d'être de l'œuvre. On navigue entre ballades folk de facture assez classique (It's Only Light, Everything) et morceaux pop plus entraînants (I Tell Myself, Motherboard) avec un soin constant apporté dans les sons d'ambiance. Crimson Leaves offre un minimalisme introspectif où la voix fragile de Sam Genders, sombre et grave, est à peine relevée d'accords de guitare évanescents et d'un synthétiseur lointain. On aura tout le temps de s'attarder sur les vers naturalistes de l'auteure américaine, qui entremêle science et mythes en célébrant la richesse de sa région. Les bruits d'ambiance, omniprésents, aident à provoquer l'immersion dans cet univers mélancolique et ultrasensible.

La voix d'Astra Forward vient çà et là relever la douceur et la fragilité de l'œuvre, qui s'offre à l'auditeur avec toute la délicatesse qu'on peut attendre d'une création poétique. Dorothy s'écoute d'une traite et dans son entièreté seulement, comme on lirait un court recueil de poésie, une succession d'images et d'ambiances vers laquelle on revient à l'occasion durant une courte demi-heure. L'histoire d'un disque tient parfois à peu de choses, quand on pense que Dorothy Trogdon n'a dévoilé ses écrits que très tardivement, et qu'il aura fallu qu'on tende l'un de ses ouvrages à Sam Genders pour qu'il ait l'idée improbable d'une collaboration, que cette collaboration se fasse et qu'elle soit fructueuse.

Cette belle réussite vient couronner une initiative peu commune, témoin d'une recherche de nouvelles voies d'inspiration, et qui rend ce résultat sonore un peu plus précieux encore.
tracklisting
    01. Under The Graphite Sky
  • 02. It's Only Light
  • 03. I Tell Myself
  • 04. Everything
  • 05. Motherboard
  • 06. Crimson Leaves
  • 07. Wild Grasses
  • 08. Winter River
  • 09. Under The Graphite Sky - poem
titres conseillés
    It's Only Light, Everything, Crimson Leaves
notes des lecteurs
Du même artiste