logo SOV

Gravenhurst

The Ghost In Daylight

Gravenhurst - The Ghost In Daylight
Chronique Album
Date de sortie : 30.04.2012
Label : Warp Records
45
Rédigé par Amandine, le 24 avril 2012
Bookmark and Share
Nick Talbot, aka Gravenhurst, s’est fait plus que discret ces dernières années, la faute à ses cordes vocales caractérielles, à une remise en question artistique, à un manque de confiance en lui mais, surtout, à un défaut d’inspiration qui ne lui permettait pas de terminer de nouvelles pépites comme il l’avait fait dans ses derniers albums. Autant dire que l’annonce de The Ghost In Daylight fut LA nouvelle de ce printemps.

Un titre laissant présager une prise de conscience nouvelle, celle d’un artiste dont la fragilité en fait toute la beauté. Inutile de laisser planer le mystère : dès l’introduction de The Circadian, ses arpèges cristallins et sa voix feutrée, il semble que Nick Talbot ait définitivement raccroché les déflagrations électriques pour se pencher vers une musique plus douce et atmosphérique que jamais. Jouant sur l’ambiance, souvent pesante, comme en suspens, il fait la part belle aux longues plages instrumentales qui se délient doucement, comme pour mieux nous entourer et nous enivrer.
Sans jamais totalement renier son goût pour l’électrique, les compositions de The Ghost In Daylight nous amènent là où on ne les attendaient pas ; la formidable The Prize, sortie à l’occasion du Record Store Day (accompagnée d’une reprise de Leonard Cohen, Song To The Siren sur un magnifique vinyle blanc marbré) sonne comme la plus belle des merveilles que Gravenhurst nous ait livrée : sur presque sept minutes il étale insolemment l’étendue de son talent, l’intensité allant crescendo, le morceau étant soutenu à la fois par la force de sa guitare électrique et la douceur du violon. On pense alors à Black Holes In The Sand tant The Prize est chargée de beauté et de douleur.

Nick Talbot nous confiait que Gravenhurst était un monde qu’il tentait de construire, pièce par pièce : il a sans conteste réussi à construire une cathédrale majestueuse, jouant beaucoup sur les sonorités acoustiques, tout en les mariant à quelques brides de synthétiques et de noisy ; son songwriting ne cesse de gagner en qualité tandis que sa voix si douce est l’instrument idéal pour accompagner son monde tortueux.

Certains regretteront probablement la période Fires In Distant Buildings mais, pourtant, The Ghost In Daylight atteint des sommets dans la délicatesse des dix titres. Loin de tomber dans une caricature du musicien folk, Gravenhurst magnifie le genre, l’amenant à une pureté délectable.
tracklisting
    01. Circadian
  • 02. The Prize
  • 03. Fitzrovia
  • 04. In Miniature
  • 05. Carousel
  • 06. Islands
  • 07. The Foundry
  • 08. Peacock
  • 09. The Ghost Of Saint Paul
  • 10. Three Fires
titres conseillés
    The Prize, In Miniature, The Ghost Of Saint Paul
notes des lecteurs
notes des rdacteurs
Du même artiste