logo SOV

Jake Bugg

Jake Bugg

Jake Bugg - Jake Bugg
Chronique Album
Date de sortie : 15.10.2012
Label : Mercury
5
Rédigé par Claire, le 18 octobre 2012
Bookmark and Share
Peu d'albums, et surtout peu de chanteurs, ont la chance - ou le talent - d'être au niveau du buzz qui les précède. Ce n'est pas le cas de Jake Bugg qui, avec son premier album éponyme sorti ce lundi, se permet du haut de ses dix-huit ans de donner une leçon de songwriting aux meilleurs musiciens britanniques.

Noel Gallagher ne s'est pas trompé quand il a décidé de l'emmener avec lui sur sa tournée européenne : une plongée dans le grand bain pour le jeune gars de Nottingham qui a déjà défendu efficacement ce premier LP sur les meilleures scènes outre-Manche, dont Glastonbury l'année dernière.
Arrivé sur les ondes de la BBC avec Lightning Bolt, Jake Bugg a imposé un style à la fois bien à lui et génétiquement programmé pour réussir : un concentré de Johnny Cash aux allures de jeune Alex Turner, un Don McLean élevé à l'ère de Tony Blair dont la culture musicale vintage s'est construite grâce aux Simpsons et à Youtube - preuve en est donc que l'agonie du support CD n'a pas tué l'instinct de pionnier rock de tous les adolescents.

C'est donc avec Lightning Bolt que Jake Bugg ouvre cet album à la fois rétro et terriblement moderne, comme si en cette période troublée, le musicien avait besoin de revenir aux bases de son art, et le fan à la période bénie où le vinyle se vendait par caisse entière. Taste It, Trouble Town, Fire et Country Song enfoncent le clou skiffle-rock que le John Lennon des débuts n'aurait certainement pas renié, voire que Johnny Cash aurait salué.
Il est impressionnant d'entendre à quel point un gamin qui n'a même pas connu le début des nineties est capable de produire un tel son. Mais Jake Bugg ne s'arrête pas aux fifties et offre avec le trio Seen It All, Simple As This et Ballad Of Mr Jones, indéniablement la chanson la plus réussie de cet album, une leçon claire, concise et carrée de folk à la sauce Dylan-Donovan. Ballad Of Mr Jones laisse même entrevoir un côté psychédélique, qui sent à la fois le Beatles post-Revolver et la bande son d'un film sur le Vietnam.
Que peut-on donc ajouter quand, à même pas vingt ans, on se permet d'écrire Note To Self ou Someone Told Me qui réussissent à faire passer les songwriters de ces dernières décennies pour des charlatans ? Certes, l'album aurait pu se dispenser de Broken et Slide, une version un peu cheap du Drugs Don't Work de The Verve, reste que Jake Bugg a donc écrit douze titres de parfaite facture, bien plus que certains groupes pourront jamais se targuer d'avoir produit sur leur carrière.

Objet musical insolite dans le paysage rock actuel, Jake Bugg impose en moins de quarante minutes une voix et un style affirmés. Bien plus qu'une pâle copie gallagherienne, qu'un simple émule des quatre de Liverpool ou qu'un nostalgique du troubadour Zimmerman, l'adolescent de Nottingham nous rappelle qu'il ne tient qu'à l'auditeur de choisir ce qu'il fait de la facilité offerte par Internet et offre un espoir bienvenu pour une génération en quête de héros qui lui ressemblent.
tracklisting
    01. Lightning Bolt
  • 02. Two Fingers
  • 03. Taste It
  • 04. Seen It All
  • 05. Simple As This
  • 06. Country Song
  • 07. Broken
  • 08. Trouble Town
  • 09. Ballad Of Mr Jones
  • 10. Slide
  • 11. Someone Told Me
  • 12. Note To Self
  • 13. Some Place
  • 14. Fire
titres conseillés
    Ballad Of Mr Jones, Seen It All, Two Fingers
notes des lecteurs
Du même artiste