logo SOV

The Kooks

Listen

The Kooks - Listen
Chronique Album
Date de sortie : 08.09.2014
Label : Virgin Records
3
Rédigé par Xavier Ridel, le 25 septembre 2014
Bookmark and Share
Leur premier album avait fait l'effet d'une torpille lancée en direction de la perfide Arcadie, éclaboussant de ses mélodies entêtantes une nation en manque d'idoles rock'n roll. Ainsi, Luke Pritchard et sa bande furent propulsés nouveaux espoirs de la pop britannique. On connait la suite : trois albums inégaux, un chanteur en manque d'inspiration et affecté par la mort d'un proche, le départ de Max Rafferty, des problèmes d'excès en tous genres... Tout ceci sonne comme la rançon d'un succès trop vite acquis. Et aujourd'hui, année 2014 au calendrier, voilà les Kooks de retour avec Listen. Derrière ce nom d'album un peu simpliste (il s'agit là d'un euphémisme) et une pochette représentant un coeur bleu se dissimule un message à la portée de tous. Rester à l'écoute de tout ce qui se passe autour de soi afin d'oublier ses propres démons. Le chanteur à bouclettes dit avoir retrouvé l'inspiration grâce aux nouvelles technologies et on comprend très vite ce qu'il veut dire dès la première écoute.

La chanson d'ouverture de l'album, Around Town, débute effectivement avec un simple sample des choeurs gospel de Logic Pro. Qu'en penser ? S'agit-il là d'une véritable innovation ou d'une tentative de changement quelque peu surannée ? Faisons fi de ces réflexions et, comme le conseille le titre de l'opus, écoutons. Les Kooks semblent sur ce titre avoir trouvé l'alliage parfait entre le synthétisme de Junk Of The Heart et les guitares de leur premiers albums. Leurs influences sont palpables : la soul, le funk, l'electro, la pop Kinksienne et même les beats de hip-hop (rappelons que Listen a été enregistré avec le producteur de rap Iflo). La voix de Luke Pritchard n'a en rien perdu de sa juvénilité et on est malgré tout assez content de retrouver les cordes vocales qui ont bercé tant d'adolescents.

On se retrouve rapidement plongé dans une joyeuse tornade de rythmes entrainants et de mélodies entêtantes. La suite de l'album ne déroge pas à la règle d'or que semblent s'être fixés les Kooks pour ces onze pistes : euphorie, tabassage du macadam et têtes qui battent l'air de façon métronomique. A l'écoute de Westside, on a la désagréable impression que les anglais ont plagié leur propre tube des plages Seaside en y ajoutant des synthés hybrides directement inspirés de Foster The People, groupe que les musiciens semblent avoir hautement apprécié. Une sorte de mix un peu gênant entre le Houdini des susnommés disciples de Mark Foster et les mélodies de Pritchard, donc.
Suit See Me Now et ses paroles dédiées au père du chanteur. « Si tu pouvais me voir maintenant / Si tu pouvais voir mon sourire / Voir un petit garçon / Serais-tu fier? ». La chanson est une ballade touchante dans laquelle on retrouve des choeurs gospels, cette fois-ci authentiques. Iflo avait demandé à Pritchard de mettre ses tripes sur la table et de mettre en mots tous ses sentiments, et le chanteur anglais s'est directement mis à l'oeuvre sur ce titre. On l'imagine aisément tremblant, ses viscères étalées sur une feuille de papier noircie par l'émotion et les frissons dans le dos.
Après les dispensables It Was London et Bad Habit surgit le premier single de l'album, Down, au refrain quelque peu indigeste. Une rythmique encore une fois efficace, mais la surproduction lourdingue lasse très rapidement l'auditeur fatigué de tous ces choeurs et de ces misérables paroles (« Down down diggy de down down diggy diggy »). La ballade Dreams et ses accords en septième directement venus du blues reste écoutable mais ne procure malheureusement que très peu d'émotion. Are We Electric, en revanche, est une très bonne chanson. La voix de Pritchard fait directement mouche, tout comme la partie de guitare immergée dans le chorus et les jolis synthétiseurs qui plongent notre cerveau hors de l'espace-temps. Les deux dernières pistes de l'album clôturent gentiment Listen sans tout de même nous laisser de souvenir impérissable.

Ainsi, on sort de l'écoute de ce nouvel opus en dents de scie avec l'impression que, si les Kooks ont parfois réussi leur virage electro pop, sans doute auraient-ils du se débarrasser de leurs anciens travers, notamment celui de céder à la facilité sur quelques pistes. Un retour néanmoins plutôt réussi pour un groupe dont le talent n'est plus à prouver.
tracklisting
    01. Around Town
  • 02. Forgive & Forget
  • 03. Westside
  • 04. See Me Now
  • 05. It Was London
  • 06. Bad Habit
  • 07. Down
  • 08. Dreams
  • 09. Are We Electric
  • 10. Sunrise
  • 11. Sweet Emotion
titres conseillés
    Around Town - See Me Now - Are We Electric
notes des lecteurs
Du même artiste