logo SOV

Ash

Kablammo!

Ash - Kablammo!
Chronique Album
Date de sortie : 01.06.2015
Label : earMUSIC
35
Rédigé par Johan, le 21 mai 2015
Bookmark and Share
Cela va faire déjà huit ans qu'est paru Twilight Of The Innocents, supposé dernier album de Ash. Seulement, le trio n'a pas encore tout dit, comme l'a prouvé la série de singles A-Z et la longue tournée qui s'en est suivie, d'Aldershot à Zennor.
Après cet intermède ambitieux et révélateur d'un groupe souhaitant se démarquer et s'émanciper du carcan trop fermé du format LP, les voici de retour avec un sixième disque qui revient aux racines tenaces des débuts dont ils ne peuvent décidément se défaire : la pop pure et dure.

Kablammo! débute par le premier single, Cocoon, représentatif du son de ce nouvel album. Direct, électrique, sans fioritures, il est un tube pop rock à l'ancienne de 2 minutes 30 comme on en entend de moins en moins. Let's Ride, toutes guitares dehors, nous emmène lui sur un territoire plus rentre-dedans. Alors que les instruments jouent la carte du rock brut, insérant un court solo partageant des sonorités avec ceux d'Is This It des Strokes, le chant de Tim Wheeler se fait toujours aussi pop et intemporel !

Machinery et Free ralentissent ensuite sensiblement le tempo, notamment le second qui frôle la ballade pop un peu niaise. Fort heureusement, le chant si distinctif et méticuleux de Wheeler et ce long solo plaintif en plein milieu portent le titre dans des sphères à la gravité britpop.
Tout au long de l'album, Ash délivrent ainsi des compositions au rock'n'roll sauvage (Go Fight Win et son jeu de batterie lourd et dévastateur, la pop punk incendiaire de Shutdown), aux refrains pop (Hedonism, l'adolescente et terriblement captivante Dispatch, mix entre Sum 41 et AFI) et aux solos de guitare bien foutus disséminés sur chacune d'elles (mention spéciale à l'instrumentale grandiose Even Knievel).

Quelques exceptions viennent toutefois se glisser parmi elles, dont le tendre Moondust, au refrain certes un peu trop dégoulinant mais où les notes de piano et l'orchestre à cordes se tournent autour de bien belle manière. De même que sur Free, le talent de songwriting de Wheeler vient sauver l'ensemble de la mièvrerie – à l'exception peut-être du solo de fin qui, de sa reverb trop prononcée, alourdit fortement le morceau.
Les deux plages finales, privées de solo de guitare, sont les intruses de ce disque. Tout comme Moondust, For Eternity est une ballade au piano sur laquelle des cordes discrètes viennent progressivement s'ajouter. Les arrangements se veulent moins subtils mais le chant verse moins dans le larmoyant que sur Moondust. Bring Back The Summer, plus anecdotique, conclut l'album sur une touche particulière, apportant une ambiance plus feutrée via une boîte à rythme et des nappes de synthé assez kitsch.

Au final, Kablammo ! n'est clairement pas l'album de la maturité, largement passé depuis toutes ces années (Nu-Clear Sounds ou Free All Angels selon les fans). Il n'est pas non plus leur Kid A, ce sixième opus revenant aux sources mêmes de leurs débuts avec 1977. Il n'est même pas très inspiré, avouons-le, la structure de la plupart des chansons étant similaire – intro / couplet / refrain / couplet / refrain / bridge / solo / refrain (x2).
Kablammo ! est, purement et simplement, un moment récréatif, une sucrerie power pop qui n'est pas là pour impressionner mais uniquement pour nous divertir. Ce qui, pour un groupe présent sur la scène musicale britannique depuis deux décennies et qui, après la pause A-Z, nous fait son grand retour, est déjà une très bonne chose !
tracklisting
    01. Cocoon
  • 02. Let's Ride
  • 03. Machinery
  • 04. Free
  • 05. Go Fight Win
  • 06. Moondust
  • 07. Even Knievel
  • 08. Hedonism
  • 09. Dispatch
  • 10. Shutdown
  • 11. For Eternity
  • 12. Bring Back The Summer
titres conseillés
    Dispatch, Cocoon, Go Fight Win, Moondust
notes des lecteurs
Du même artiste