logo SOV

Menace Beach

Lemon Memory

Menace Beach - Lemon Memory
Chronique Album
Date de sortie : 20.01.2017
Label : Memphis Industries
45
Rédigé par Xavier Turlot, le 17 janvier 2017
Bookmark and Share
Moins de deux ans après la sortie de leur premier album Ratworld, voici le retour de Menace Beach, le groupe de rock alternatif de Leeds. Ce second disque se nomme Lemon Memory et s'inscrit dans la plus parfaite lignée de son prédécesseur.

Le disque, écrit à Ibiza et enregistré à Sheffield, a été produit par Ross Orton, qui a notamment travaillé avec M.I.A et The Fall. De facture simple, sans artifices, Lemon Memory offre dix titres directs et incisifs, toujours dans une inspiration américaine nineties assumée. L'équilibre entre les voix de Ryan Needham et Liza Violet est toujours aussi juste et convaincant, quoique qu'une place plus importante ait été cette fois accordée à la chanteuse.

Avec ses guitares musclées, sa batterie puissante et une basse couverte de distorsion, l'album se situe à nouveau entre rock alternatif noise et relents de grunge. L'ouverture bruitiste de Give Blood donne le la après son faux départ, avec son riff simplissime, ses voix en canon et son solo noise plutôt décomplexé. Le single Maybe We'll Drown offre lui plus d'équilibre en donnant la part belle à la voix de Liza Violet, douce et haut perchée, ainsi qu'à un orgue qui vient assouplir la rugosité des guitares.
Tout le charme de Menace Beach réside dans cet alliage entre les voix mixtes d'une part et les guitares brutes et les pistes d'orgue plus rondes d'autre part. Le morceau éponyme en propose un bon résumé, avec une batterie métallique très lente qui vient encadrer de lourdes nappes d'orgue lo-fi (on dirait presque un violoncelle), avant que les guitares électriques rêches viennent rythmer l'ensemble.Selon les dires du groupe, le titre Lemon Memory a été choisi pour conjurer un sort jeté sur leur maison à partir d'un citron.

De nombreux morceaux ne cachent pas non plus leur parenté avec le rock garage des années 1960 et ses guitares sales, mal définies, à l'instar de Sentimental ou Watch Me Boil. Ryan Needham prend le temps qu'il estime nécessaire sur chaque accord, ce qui a pour effet de faire flirter beaucoup de chansons avec une esthétique stoner pas désagréable (Darlatoid et Can't Get A Haircut en particulier). On pourra penser à Ty Segall pour cet amour du bruit, des sixites et des lignes de basses qui semblent partir pour l'éternité.
Il y a aussi quelques pauses, tel Owl, morceau lent et ample assuré par la chanteuse. Trois accords percutants, lents et solennels, avant qu'une enveloppe d'orgue au tremolo qui le rend hors d'âge vienne engluer nos tympans pendant un long decrescendo qui ne sera arrêté que pour respecter la durée imposée à l'album. Idem pour le titre de clôture, Hexbreaker II, un morceau très shoegaze encore fortement inspiré des années 1990. Liza Violet livre de longues envolées haut perchées couvertes de réverbérations, l'énergie monte lentement le long des presque six minutes finales qui voient des guitares électriques baveuses monter en puissance pour clore l'album.

Menace Beach trace sa route droit dans ses bottes dans l'univers du rock alternatif, le groupe pose son univers à la fois inimitable et fait d'emprunts divers, à cheval entre passé et présent tout en étant fidèle à son précepte : « Foncer tête baissée, garder ses idées les plus pures en les diluant le moins possible ».
tracklisting
    01. Give Blood
  • 02. Maybe We'll Drown
  • 03. Sentimental
  • 04. Lemon Memory
  • 05. Can't Get a Haircut
  • 06. Darlatoid
  • 07. Suck It Out
  • 08. Owl
  • 09. Watch Me Boil
  • 10. Hexbreaker II
titres conseillés
    Sentimental, Darlatoid, Owl
notes des lecteurs
Du même artiste