logo SOV

Thom Yorke

Suspiria OST

Thom Yorke - Suspiria OST
Chronique Album
Date de sortie : 26.10.2018
Label : XL Recordings
45
Rédigé par Louise Beliaeff, le 21 octobre 2018
Bookmark and Share
Thom Yorke signe la BO d'un film d'épouvante ? Ça ne peut que promettre de belles (et terribles !) choses. Le défi est pourtant de taille : 41 ans après la sortie du premier Suspiria signé Dario Argento et sa mythique bande-son écrite par Goblin, Luca Guadagnino a fait appel au chanteur de Radiohead pour créer la musique du remake, une première pour l'auteur de Tomorrow's Modern Boxes. « C'était un de ces moments dans la vie où tu n'as qu'une envie, c'est de t'enfuir en courant mais tu risques de le regretter », a-t-il confié lors d'une conférence de presse à la Mostra de Venise, début septembre dernier. Et bien lui en a pris de s'essayer à l'exercice.

Loin de faire un ersatz, par nature déceptif, du mythique disque krautrock de Goblin, Thom Yorke a créé une œuvre originale. Luca Guadagnino, réalisateur de Call Me By Your Name ou A Bigger Splash, est connu pour apporter un soin particulier à l'articulation de l'image et du son. Choisir l'univers singulier de Thom Yorke n'est pas anodin. Ce dernier a su créer une identité visuelle à sa musique. Lors de son concert en juin dernier à l'Olympia, Thom Yorke était accompagné par Tarik Barri, graphiste numérique traduisant ses mélodies par des formes abstraites et des lignes mouvantes projetées en fond de scène.

Ici, plus d'abstraction mais des images inquiétantes, l'histoire d'une danseuse (Dakota Johnson) et son étrange chorégraphe (Tilda Swinton). La bande-son de Suspiria est composée de morceaux purement instrumentaux parfois accompagnés de bruitages explicitement horrifiques et de titres plus mélodiques, et souvent plus rassurants, sur lesquels Thom Yorke pose des paroles. Arpèges au piano, instruments à vent, mélodie caressante... Suspirium (et Suspirum Finale) est l'une des perles de cette BO. Notons également Has Ended, son rythme itératif entêtant à la batterie, cette voix lointaine mêlée aux nappes de synthé vaporeuses, la flute virevoltant par-dessus le tout. On croirait à une incantation indienne, un chant mystique orientalisant. Thom Yorke apparaît également sur le mélancolique Open Again et sur Unmade, avec le soutien d'un choeur de femmes dans les aigus.

Passés ces moments de « répit », l'album se décline autour de compositions parfaitement effrayantes. En alliant les synthétiseurs électroniques souvent suraigus et les choeurs froids et austères résonnant comme dans une crypte lugubre, Thom Yorke parvient à susciter l'angoisse, la peur, la tristesse, parfois l'horreur (bruitages terrifiants sur A Storm That Took Everything, Belongings Thrown In A River...). Construit sur un thème principal (The Hook), qui revient tout au long des 25 titres par petites touches oppressantes, la musique installe une ambiance glauque voire malsaine. Ce leitmotiv de notes dissonantes au piano rappelle le thème de Halloween de John Carpenter, gimmick devenu plus que mythique. Quand les choeurs d'hommes et de femmes semblables aux choeurs d'église prennent la parole (Sabbath Incantation), l'enfer n'est pas loin.

Puis vient l'Epilogue, et le vacarme assourdissant des synthés laisse place au dernier râle, vibration lourde, grave et sans respiration, une note électronique tenue jusqu'à l'arrêt brutal. Frissons.
tracklisting
    CD1
  • 01. A Storm That Took Everything
  • 02. The Hooks
  • 03. Suspirium
  • 04. Belongings Thrown in a River
  • 05. Has Ended
  • 06. Klemperer Walks
  • 07. Open Again
  • 08. Sabbath Incantation
  • 09. The Inevitable Pull
  • 10. Olga’s Destruction (Volk tape)
  • 11. The conjuring of Anke
  • 12. A light green
  • 13. Unmade
  • 14. The Jumps
  • CD2
  • 01. Volk
  • 02. The Universe is Indifferent
  • 03. The Balance of Things
  • 04. A Soft Hand Across your Face
  • 05. Suspirium Finale
  • 06. A Choir of One
  • 07. Synthesizer Speaks
  • 08. The Room of Compartments
  • 09. An Audition
  • 10. Voiceless Terror
  • 11. The Epilogue
titres conseillés
    -
notes des lecteurs
Du même artiste