logo SOV

Rustin Man

Drift Code

Rustin Man - Drift Code
Chronique Album
Date de sortie : 01.02.2019
Label : Domino Records
4
Rédigé par Pierre-Arnaud Jonard, le 6 février 2019
Bookmark and Share
Il aura fallu pas moins de dix-sept ans à Paul Webb, l'ancien bassiste de Talk Talk, pour nous offrir un deuxième album après l'excellent Out Of Season sorti en 2002 avec Beth Gibbons. A l'écoute de ce Drift Code, on peut dire que l'attente n'aura pas été vaine.

Ce disque est excellent de bout en bout, ce qui ne surprend guère connaissant le talent du bonhomme. Vanishing Heart qui ouvre l'album fait beaucoup penser au Bowie dernière période tant musicalement qu'au niveau vocal. La manière de chanter de Webb évoque encore Bowie sur les deux derniers titres du disque : Martian Garden et All Summer. Ce dernier est l'un, sinon le plus beau titre du disque, par cette mélancolie sépulcrale qui semble l'envelopper. On trouve dans ce morceau ces mêmes accents jazzy qu'avait le Thin White Duke dans ses tous derniers albums. Si Drift Code fait parfois penser à Bowie, il évoque encore davantage Robert Wyatt. Comme chez ce dernier, Paul Webb est au-delà du rock ou du jazz, inventant un langage musical nouveau, loin des archétypes traditionnels. C'est ce qui donne toute sa force à ce Drift Code et le rend intemporel. Nombre de titres de l'album pourraient avoir été enregistrés en 71 s'il n'y avait cette modernité dans la production. On sent chez Webb un grand amour de la musique. Il a su intégrer ici des éléments rock, d'autres jazz et d'autres encore qui rappelle la belle tradition du folk anglais.

L'album s'avère d'une grande cohérence. Il est impossible d'y détacher un titre plutôt qu'un autre tant cet album a été fait « à l'ancienne », à une époque où l'on se préoccupait davantage de sortir des œuvres qu'une compilation de singles. On sent à son écoute que chaque détail y a été pensé, comme pour ce court instrumental, Euphonium Dream qui pourrait par sa brieveté n'être qu'une sorte d'interlude mais s'avère bien plus que cela. De Vanishing Heart à All Summer, Drift Code est pensé et conçu comme un voyage.

L'album a été enregistré dans la grange de Webb dans l'Essex et cela s'entend. Drift Code est un disque pastoral, que l'on sent fabriqué loin du tumulte des villes. Cela lui donne ce côté apaisant qui lui sied à merveille. Une belle surprise au final, un album que l'on attendait plus tant Webb s'était fait attendre. A son écoute, on espère vraiment n'avoir pas à patienter dix-sept nouvelles années pour un autre disque.
tracklisting
    01. Vanishing Heart
  • 02. Judgement Train
  • 03. Brings Me Joy
  • 04. Our Tomorrows
  • 05. Euphonium Dream
  • 06. The World’s In Town
  • 07. Light The Light
  • 08. Martian Garden
  • 09. All Summer
titres conseillés
    Vanishing Heart -Judgement Train - All Summer
notes des lecteurs