logo SOV

Orlando Weeks

A Quickening

Orlando Weeks - A Quickening
Chronique Album
Date de sortie : 12.06.2020
Label : [PIAS]
3
Rédigé par Bertrand Corbaton, le 4 juin 2020
Bookmark and Share
La naissance d'un enfant et l'attente qui la précède sont de ces événements qui changent la vie pour toujours et Orlando Weeks a vécu lui aussi cette expérience comme un tsunami. C'était l'occasion pour l'ex-leader des Maccabees de coucher les émotions des premiers instants d'avant paternité avec la sortie d'un album dédié à ce moment si particulier.
Il est question d'évoquer l'impuissance vécue par le père dans la distanciation imposée par le lien unique entre l'enfant à venir et sa mère. L'ambivalence entre l'ordinaire et l'extraordinaire est aussi le fil conducteur de ce premier album qui nous permet de retrouver la voix si particulière d'Orlando Weeks.

Le thème développé tout au long de ces onze morceaux s'impose par un calme, une sérénité qui sied parfaitement au timbre de voix fragile de Weeks et à ses compositions. Il n'était pas question de faire un nouvel album des Maccabees, et ceux qui espéraient un prolongement de la formation londonienne seront forcément déçus.
Bien sûr, la voix nous ramène immanquablement à son groupe, mais les similitudes s'arrêtent là, et A Quickening s'appréhende comme une aventure intimiste qui ne laisse pas la place au dynamisme du format pop rock de feu l'ancienne formation du chanteur.

Mais il est bon parfois de s'éloigner de sa zone de confort, et A Quickening est une œuvre riche et raffinée. Souvent jazzy, à l'image de St.Thomas, ou légèrement onirique sur None Too Tough, en tous cas aérien comme sur Summer Clothes, Orlando Weeks se plaît à décliner les ambiances et ce Safe In Sound n'est pas sans rappeler les ambiances trip-hop jazz à la mode à la fin des années 90.
L'ensemble est très sérieux, et on ressent toute l'importance que revêtent l'album et son thème pour son auteur. Pourtant le sentiment d'un disque parfois inégal n'est pas totalement atténué, nonobstant les excellents Milk Breath My Son, poignant d'émotion, et le single Blood Sugar. Ces deux premiers morceaux de l'album sont les plus évidents, et touchent au plus profond de l'âme.

Malheureusement, Orlando Weeks en fait parfois un peu trop, et les ambiances très, trop solennelles sont quelquefois à la limite de l'impudique à l'image de Takes A Village. Ainsi, à trop se livrer, l'artiste prend le risque de mettre l'auditeur dans une position inconfortable.
Le thème de la perte d'un enfant pour Nick Cave, et dans le cas présent l'arrivée future de sa progéniture sont des thèmes que l'on peut traiter mais qui nécessitent une approche délicate. Le trop plein d'émotions est nocif et Orlando Weeks franchit parfois la limite malgré un ensemble plutôt dans la retenue, mais parfois ennuyeux.

Pour ce premier album en solo, Orlando Weeks s'attaque avec passion et sincérité à l'expression d'instants importants dans sa vie d'homme. Il en ressort un album de qualité en décalage total avec ce qu'avait pu nous proposer l'artiste jusqu'ici. Les impressions négatives évoquées ne doivent pas être un frein à se plonger dans les ambiances vaporeuses et éthérées de A Quickening qui marque peut-être les véritables débuts de cet artiste talentueux et libre.
tracklisting
    01. MILK BREATH MY SON
  • 02. BLOOD SUGAR
  • 03. SAFE IN SOUND
  • 04. ST.THOMAS
  • 05. TAKES A VILLAGE
  • 06. MOON'S OPERA
  • 07. ALL THE THINGS
  • 08. BLAME OR LOVE OR NOTHING
  • 09. NONE TO TOUGH
  • 10. SUMMER CLOTHES
  • 11. DREAM
titres conseillés
    MILK BREATH MY SON, SAFE IN SOUND, SUMMER CLOTHES
notes des lecteurs