logo SOV

Festival FNAC Live

Paris, du 15 au 18 juillet 2015

Live-report rdig par Déborah Galopin le 19 juillet 2015

Bookmark and Share
Le Fnac Live est un évènement incontournable en juillet pour tous les Parisiens. Cette année, la programmation peut paraître un peu en deçà de l'année précédente, quand on se rappelle qu'il y avait -M-, Bernard Lavilliers, Fauve, Julien Doré et d'autres grands noms. Qu'on aime ou non, on doit bien reconnaître que les organisateurs avaient fait fort. Cette saison de 2015 se montre un peu plus modeste, mais en apparence seulement. Ils ont mis l'accent sur l'éclectisme, avec des groupes de genres différents et qui nous viennent pour la plupart d'au delà de notre Hexagone. Ils n'ont pas hésité à amener sur le devant de la scène de nouveaux venus face à des stars internationales telle que Selah Sue. Et si certains d'entre eux n'inondent pas encore les ondes des radios française, ne vous trompez pas pour autant sur leur renommé, ni sur leur talent. Le Fnac Live est là pour vous faire découvrir, mais de la qualité s'il vous plait.

SOV

Ce mercredi soir, bien que nous soyons en milieu de semaine, pas question de réduire la programmation pour autant. On nous plonge immédiatement dans le grand bain avec six concerts qui s'enchaînent de 18h à minuit. C'est ArKaDin, groupe de R'n'B, qui ouvre cette cinquième édition avec un petit set de cinq chansons. Si ce genre peut faire grincer des dents, cet artiste Français qui a deux EPs à son actif s'en sort plutôt bien. Le titre Valhalla offre des sonorités qui séduisent immédiatement l'oreille, tandis que certains vers sont plutôt plaisants « Au royaume des choses immobiles / on regarde passer les filles » sur le titre Eden Irene. En revanche, on pourra lui reprocher un ensemble un peu trop similaire. Entre deux de ses morceaux, il joue une reprise de Drake, Legend, et le moins que l'on puisse dire c'est qu'il se l'approprie bien.

SOV

A 18h35, c'est le groupe Oscar & The Wolf qui vient occuper la scène dans un décor argenté. Les décibels ont considérablement augmenté, la chaleur écrasante quant à elle n'a pas diminué. Les lunettes de soleil sont de rigueur pour le chanteur, voilant à demi son visage. Le premier titre vient trancher avec l'électro R'N'B d'ArKaDin pour quelque chose de beaucoup plus précis et marqué. Tout en lenteur et en finesse, cette musique alternative vient transporter la foule. Max Colombie, le chanteur, a une façon de se mouvoir, telle qu'on a le sentiment qu'il incarne sa musique. Ses gestes sont amples et fluides. Notre regard suit ses bras qui semblent flotter puis frapper l'air. Le rythme électronique de Strange Entity invite à danser tandis que la voix plutôt égale du chanteur apporte une sérénité. Et même sur une chanson comme Undress les paroles sulfureuses se font oniriques : « So love, So tell me when you wanna get under / I wanna feel it with you / So love ». La musique d'Oscar & The Wolf et la présence scénique du chanteur offrent un spectacle aérien, dont on en ressort avec quelques étoiles dans les yeux. Ils nous envoutent, nous charment, impossible de rester indifférent face à cette musique et un concert aussi réussis !

SOV

Curtis Harding, nous propose des morceaux de son premier album sorti cette année, Soul Power, un titre plutôt audacieux. Chapeau de cowboy sur la tête du bassiste, voix grave et nous voilà partis en Amérique pour une petite échappée d'une quarantaine de minutes. Le changement entre les deux groupes est plutôt déstabilisant, aussi nous faudra-t-il un peu de temps pour se mettre dans l'ambiance et apprécier à leur juste valeur les riffs de guitares. Techniquement parlant, il n'y a rien à redire. Les instruments fonctionnent bien entre eux. Le set est plutôt posé, aussi il n'est pas désagréable quand un morceau comme Next Time ou Drive My Car vient donner un peu de peps à l'ensemble. Un mélange entre soul, rock et blues agréable mais qui sera peut-être davantage apprécié sur une scène plus intimiste que celle du Fnac Live.

SOV

Des voix hautes et claires s'élèvent. Elles tiennent les notes et n'hésitent pas à monter encore. D'ores et déjà nous sommes frappés par ce que nous entendons. Elles impressionnent. C'est le duo Ibeyi. Après un premier morceau, elles expliquent d'où vient le nom de leur groupe. « Nous sommes jumelles. Ibeyi ça veut dire jumeaux en yoruba. » Elles sont franco-cubaines et sont venues nous transmettre leur culture à travers des musiques inspirées de chants traditionnels. Difficile de ne pas frissonner lorsqu'elles chantent Lost In My Mind ou de ne pas être ému lorsqu'elles avouent que beaucoup de choses ont changé après qu'elles aient composé le titre Mama Says. Elles chantent principalement en anglais et incorporent dans certains de leurs titres la langue yoruba. L'une au synthé, l'autre aux percussions, qu'elles soient corporelles, électroniques ou sur une caisse de résonance comme le cajon, ces deux types d'instruments donnent quelque chose de profond, un peu triste mais d'une beauté incroyable. Un voyage dans les terres chaleureuses de Cuba qui a beaucoup plu et s'accorde parfaitement au soleil descendant sur l'hôtel de ville.

SOV

Palmiers, flamants roses et léopard viennent occuper la scène. De toute évidence, le Fnac Live a décidé de nous donné chaud ce soir et ce n'est rien comparé aux deux divas qui montent sur les planches : Brigitte, deux femmes qui ne font qu'une. Tenues noires moulantes et fendues jusqu'à la naissance de leur hanche, elles jouent la carte de la sensualité à 200%. Le show débute avec le premier titre de leur deuxième album La Belle Échappée. Une main sur les hanches, l'autre qui s'élève, leurs gestuelles se font identiques et symétriques. On sent que ce mimétisme est millimétré et c'est probablement la seule chose qu'on pourra leur reprocher, qu'il n'y ait aucune place accordée à l'improvisation. Elles enchainent avec A Bouche Que Veux-Tu et une reprise de NTM, Ma Benz. Brigitte prennent leur temps, suscitent l'amour et le désir mais toujours avec beaucoup d'élégance. « Est-ce qu'on peut s'offrir un peu d'intimité à dix mille ? » demandent-t-elles et se laissent aller à une confidence qui rendra le titre Je Veux Un Enfant encore plus juste. « J'ai mis très longtemps pour avoir un bébé. Celles qui sont comme moi, croyez-y très fort ». Le set monte crescendo avec La Vengeance D'une Louve et Hier Mon Coeur. Elles ont gardé le meilleur pour la fin avec Battez-vous qui laissera dans l'esprit du public un très bon souvenir.

SOV

Changement d'ambiance pour le dernier concert de cette soirée avec Rone. Seul sur scène mais trônant en maître sur son imposante platine au look de vaisseau spatial. Les lumières telles des faisceaux sont à l'image de sa musique aux sonorités futuristes. Des ballons sont suspendus à son effigie au dessus de la foule, tandis que des créatures blanches aux yeux noires s'invitent en rétro-projection. Les basses cognent dans notre poitrine, faisant bouger nos pieds de façon frénétique. Il n'y a pas grand chose à faire, à part profiter et se lâcher pour ne plus faire qu'un avec la musique lunaire de ce DJ.

Cette première soirée a été un véritable voyage. Après avoir a commencé dans les rues des cités avec ArKaDin et on a fait la rencontre hypnotique d'un loup de scène. On a fait un petit détour en Amérique, pour finalement faire un bond dans le temps avec Brigitte et Rone. Et dire qu'on a même pas bougé de l'Hôtel de Ville !
artistes
    ArKaDin
    Oscar & The Wolf
    Curtis Harding
    Ibeyi
    Brigitte
    Rone
photos du festival