Live report : Festival Beauregard - Hérouville Saint-Clair - 07.07.2019 - Sound Of Violence
logo SOV

Festival Beauregard

Hérouville Saint-Clair, du 4 au 7 juillet 2019

Live-report rédigé par Pierre-Arnaud Jonard le 15 juillet 2019

Bookmark and Share
Cette quatrième et dernière journée du festival Beauregard débute comme la veille par la prestation d'un groupe caennais. Embrasse Moi navigue avec élégance entre électro et chanson française. Un groupe que l'on ne connaissait pas et que l'on a plaisir à découvrir.


Il est dommage que Rendez-Vous soient programmé en pleine journée tant leur musique aux relents sombres est faite pour la nuit. Mais le groupe n'en a cure et délivre un set tout aussi bon que ceux qu'il donne habituellement le soir tombé. Rendez-Vous ont tellement tourné ces derniers mois qu'ils sont devenus une vraie machine de guerre. Dès l'introduction martiale des tambours, qui ouvre la cérémonie, la tension se fait sentir. La basse sonne froide et dure comme un claquement de fouet. Superior State, Sentimental Animal ou Distance mettent la chair de poule et le final sur Last Stop se révèle comme toujours grandiose avec cette montée de guitares étirée sur de longues minutes. Un concert superbe pour un groupe qui est devenu au fil des années l'un des meilleurs à l'heure actuelle en matière de post-punk.

Le Suédois Bror Gunnar Jansson délivre ensuite un set de blues mais d'un blues très personnel loin de tout académisme. Dans sa musique flottent des effluves de folk et ce blues-folk très personnel ne manque pas de charme.
Jeanne Added a quant à elle su conquérir le cœur du grand public avec son électro très personnel. C'est amplement mérité car sa musique n'est au fond pas si mainstream que cela. Le tube Radiate fait évidemment lever une foule conquise. Sur scène, Jeanne Added se révèle être une petite boule de nerfs courant et sautant dans tous les sens. Un concert on ne peut plus plaisant.


Contrairement à Columbine qui offraient la veille un rap guère intéressant, celui de PLK s'avère bien plus convaincant. Sans doute parce que le jeune homme puise ses références dans le rap old school et semble vouer un certain amour à NTM. A seulement vingt-deux ans, le compagnon de label de Thérapie Taxi possède déjà une belle écriture et semble promis à un bel avenir.

Le concert de Cat Power est émouvant de bout en bout. L'américaine semble particulièrement heureuse d'être sur scène, souriant tout au long du show. Elle remercie sans arrêt la France, l'un des premiers pays à être tombé sous le charme de sa musique. Il y a dans ce set cette émotion à fleur de peau que l'on pouvait ressentir dans les concerts de Nico. On pense d'ailleurs souvent à l'allemande tout au long de la soirée. La musicienne puise essentiellement sa setlist dans l'album culte Moon Pix sorti en 1998 et dans le récent Wanderer, retour aux sources indie et grande réussite. Un set tellement prenant que l'on a du mal à quitter les lieux même après que l'Américaine eut quitté la scène.

Le concert de Tears For Fears est bien moins horrible que ce que l'on pouvait imaginer pour un groupe sur le retour. On prend même du plaisir à entendre Change, qui nous rappelle notre adolescence et la découverte de la new wave sur les radios libres, ou Mad World. On s'étonne de voir un tel groupe reprendre Radiohead mais leur version de Creep s'avère convaincante. Le groupe termine sur le tube incontournable, Shout. Nostalgie quand tu nous tiens...

Interpol est le point d'orgue de cette soirée. Le set est magnifique de bout en bout. On est au paradis de constater que la setlist n'est quasiment constituée que de morceaux tirés de leurs trois premiers albums avec une nette préférence pour Antics, le second. C'mere donne le ton d'entrée. Quel bonheur que de réentendre des titres aussi sublimes et majestueux que Evil, Slow Hands, Say Hello To The Angels ou Rest My Chemistry. Près de vingt ans après leurs débuts, Interpol conservent la classe qui était la leur à l'orée des années 2000. La voix de Paul Banks est toujours aussi élégante et que dire de ses guitares qui ont fait la gloire du groupe et sonnent avec la même beauté aujourd'hui qu'hier.

Un final en apothéose. Dommage qu'à l'exception d'une partie hardcore de fans le public soit resté assez passif face à l'événement qui se déroulait sous ses yeux.
artistes
    TEARS FOR FEARS
    DISCLOSURE (Dj set)
    INTERPOL
    CAT POWER
    JEANNE ADDED
    PLK
    BROR GUNNAR JANSSON
    RENDEZ-VOUS
    EMBRASSE MOI