logo SOV

Hebronix
Adult Jazz

Paris, Point Éphémère - 21 novembre 2014

Live-report par Mélodie

Bookmark and Share
Cet été, le jeune groupe Adult Jazz présentait son premier album, Gist Is, et séduisait des partisans d'Alt-J. Ce soir, ils jouent pour la première fois à Paris au Point Ephémère, soutenus par Hebronix, le projet musical de Daniel Blumberg (ex-Yuck).

Les bouclettes de Daniel Blumberg ne sont plus de rigueur. L'ex-membre de Yuck nous apparait assis sur une chaise, recroquevillé sur sa guitare, les cheveux coupés à ras et de grosses lunettes lui mangeant le visage. Comme en transe, Daniel Blumberg nous interprète les chansons de son album Unreal. Si certains titres sont d'une grande délicatesse (The Plan), d'autres, en revanche, sont beaucoup plus atypiques. Il faut dire que malheureusement, la prestation de ce soir ne rend pas compte de l'album. La pop-folk de Hebronix s'écoute le mieux du monde mais en live, le résultat n'est pas vraiment à la hauteur de nos attentes et la prestation est plutôt décevante. Mieux vaut s'en tenir à une bonne vieille écoute dans son salon, confortablement installé dans son canapé.

Fort heureusement, la suite s'annonce sous de meilleurs hospices. Les quatre petits anglais qui forment le groupe Adult Jazz s'installent timidement sur la scène. On croirait voir des lycéens tous maigrelets aux visages encore juvéniles. Mais s'ils ont l'air très jeunes, leur musique, elle, ne manque pas de maturité. Comme dans leur album Gist Is, Adult Jazz ouvrent leur set avec Hum, histoire de commencer tout en douceur, avec un tempo très lent qui permet au public de se familiariser avec la musique si particulière de ce petit groupe originaire de Leeds. Et pour cause, leur pop élégante aux accents parfois jazzy a de quoi en déconcerter plus d'un, notamment avec le chant de Harry Burgess.
Sa voix est quasiment un instrument à part entière qui donne toute son identité à la musique d'Adult Jazz. On le réalise d'autant plus sur Am Gone, un titre qui, pour le coup, sonne très jazz. Cette même voix est parfois presque tribale, comme si elle était l'instrument de quelques incantations. Le plus bel exemple vient avec Springful, qui commence par une introduction plaintive accompagnée d'un tempo très lent. Sans doute un des meilleurs moments de la soirée. Ce qui déconcerte aussi, c'est justement le changement radical de tempo dans une seule et même chanson. Mais c'est aussi ce qui fait le charme de ce groupe qui ne ressemble à aucun autre. Le concert se déroule le plus simplement du monde. Tout le public se balance au rythme des balades expérimentales du groupe. En prime, Adult Jazz nous offrent même quelques titres inédits, dans le même esprit que ceux extraits de Gist Is.

Le point Éphémère nous a décidément régalés d'une bien belle soirée.