logo SOV

The Divine Comedy
Lisa Hannigan

Paris, Maroquinerie - 12 septembre 2016

Live-report par Amandine

Bookmark and Share
Une [PIAS] Nites de rentrée placée sous le signe de l’acoustique ce soir à la Maroquinerie à Paris avec deux représentants de l’Irlande... et pas des moindres. C’est sous une moiteur et une chaleur étouffantes que nous nous engouffrons dans la fournaise du sous-sol où se tasse une foule déjà compacte. Les flyers en guise d’éventails, on se réjouit de ne pas assister ce soir à un concert punk qui nous aurait probablement menés à l’étourdissement face à l’ambiance surchauffée.

SOV
C’est Lisa Hannigan, ancienne comparse de Damien Rice et digne représentante de l’Eire, qui ouvre la soirée. Dans un style épuré, tant musicalement que physiquement, la jolie brune va vite charmer l’assemblée grâce à sa voix cristalline qui envahit la salle et les cœurs. Sa folk envoûtante semble ravir le public qui lui réserve un tonnerre d’applaudissements, ce qui l’étonne presque jusqu’aux larmes. Touchante de simplicité, Lisa Hannigan a été une entrée en matière de choix.

Foreverland, onzième album studio de The Divine Comedy, nouvelle fable historico-sarcastique de Neil Hannon, n’est sortie que depuis quelques jours et pour fêter ça, il nous propose ce soir un concert acoustique en toute intimité.
À son habitude, le dandy nord-Irlandais arrive en chemise (il aura tout de même tombé le veston et la veste de costume vu la chaleur), un éternel sourire scotché aux lèvres. Sans perdre de temps, accompagné par ses musiciens, ils entonnent Absent Friends, l’une des pépites du songwriter. Aussitôt plongés dans la pop enchanteresse et drôle du groupe, nous chevauchons leur carrière, en faisant des pauses plus marquées sur leur nouvel album. How Can You Leave Me On My Own, dernier single en date, finit de convaincre avec son refrain catchy. Ce soir, malgré un set plutôt court pour le groupe (une heure quinze), nous avons le droit à un florilège de classiques : A Lady Of A Certain Age, Indie Disco ou encore National Express y passent, pour le plus grand plaisir d’un public qui reprend en chœur et de bout en bout les tubes des nord-Irlandais.

SOV
Sans jamais se défaire de son humour, Neil Hannon improvise un Bad Ambassador qu’il peine à terminer, la faute à un coup de froid l’ayant diminué ces dernières semaines et l’empêchant de monter dans les aigus. Plus le set se déroule et plus Foreverland nous convainc et ses compositions semblent déjà de nouveaux classiques pour le groupe, à l’image du très beau Catherine The Great. Comme à leur habitude, The Divine Comedy concluent sur le duo National Express / Tonight We Fly, pour notre plus grand bonheur.
Face à l’engouement, Neil revient, seul, accompagné de sa guitare, pour nous interpréter un titre issu de son premier album, Your Daddy’s Car.

Ce soir, la [PIAS] Nites de rentrée a frappé fort et si Lisa Hannigan a su charmer, The Divine Comedy en formation acoustique auront enfoncé le clou. Charmant et charmeur, Neil Hannon a, comme il sait si bien le faire, montré toute l’étendue de son talent.
setlist
    LISA HANNIGAN
    Non Disponible

    THE DIVINE COMEDY
    Absent Friends
    How Can You Leave Me On My Own
    Becoming More Like Alfie
    I Joined the Foreign Legion (To Forget)
    Song Of Love
    A Lady Of A Certain Age
    Assume The Perpendicular
    Catherine The Great
    Indie Disco
    Bad Ambassador
    National Express
    Tonight We Fly
    ---
    Your Daddy's Car
photos du concert
    Du même artiste