logo SOV

Tim Burgess

Londres, Lafayette - 9 novembre 2022

Live-report par Laetitia Mavrel

Bookmark and Share
Suite à nos deux derniers rendez-vous manqués avec le leader des Charlatans du fait des restrictions COVID-19 gargantuesques pour se rendre à Manchester l’an passé et d’une annulation impromptue du show à Paris en ce début d’été, nous réussissons enfin à croiser la route d’un des musiciens les plus sympathiques, joyeux et les mieux coiffés de ces trente dernières années.

Rendez-vous nous est donné au club Lafayette, pub et salle de concert très chaleureux niché à quelques pas de la gare de King's Cross au nord de Londres. À la suite de la parution en septembre de Typical Music, double album aussi généreux et gai que son compositeur, Tim Burgess entame une mini tournée en Angleterre devant des audiences restreintes mais toujours composées de fans fidèles, qu’ils le soient plus particulièrement des Charlatans (en majorité ce soir au vu du nombre de tee-shirts à l’effigie du groupe) ou du chanteur en solo.


Se faisant rare dans l’Hexagone, récoltant de par chez nous un succès d’estime mais manquant cruellement d’écho, il faut donc braver le tunnel sous la Manche pour prendre part à la fête qui entoure toujours un album de Tim Burgess et le concert ce soir nous a encore prouvé que sa pop fleurie et enthousiaste mérite réellement qu’on s’y attarde.

Devant quelques centaines de spectateurs, Tim Burgess propose une setlist basée sur ses deux derniers disques I Love The New Sky et Typical Music qui permettent à ce dernier de passer de la guitare au micro tout en restant hyper connecté (comme son personnage sur Twitter) avec le public prenant pleinement part au chant et à la danse. Tim Burgess est une personnalité qui rayonne littéralement sur scène, permettant à quiconque, aficionado comme néophyte, d’entrer dans son univers coloré, sans prétention mais fait d’une musique sophistiquée et jamais ennuyeuse ni simpliste, toujours aidé en cela par Daniel O’Sullivan, Thighpaulsandra et la grande Helen O’Hara.

Entouré de ses six musiciens, Tim Burgess peut donc s’adonner pleinement à l’animation de cette scène qui sous un lightshow aussi vif que lui, regorge d’ondes positives. On y découvre une fine sélection issue du dernier opus (l’album comportant vingt-deux chansons, un choix doit être fait) avec le titre éponyme Typical Music, Here Comes The Weekend, The Centre Of Me ou Magic Rising, particulièrement entrainants. Toujours porté par le violon de Madame O’Hara, passant de la guitare électrique à acoustique, emplie de lignes de synthés bondissantes et un brin vintage, le mélange fonctionne parfaitement.


Sont également joués les singles de I Love The New Sky tels les très bons Lucky Creatures, The Mall et Empathy For The Devil, ce dernier clôturant le concert sur une note ensoleillée en cet automne plutôt frais et humide à Londres.

On ne saurait rendre visite à Tim Burgess sans espérer trouver dans un petit coin de la setlist une touche « charlatanesque » ce qui est chose faite avec sur un tempo très groovy The Only One I Know repris en chœur par le public, qui rappelle que Tim Burgess est loin d’être un débutant malgré cette grande modestie dont il fait preuve après trente années de bons et loyaux services et tout autant de succès parmi la scène rock britannique.
Typical Music est un album qui, selon son compositeur, n’a d’autre but que de rendre heureux de la façon la plus simple, au travers d’une musique généreuse et sans aucune prétention. Cette définition s’applique parfaitement à Tim Burgess qui, malgré sa notoriété, notamment sur les réseaux sociaux grâce à la popularité des Listening Parties devenues aujourd’hui un véritable phénomène, demeure un musicien humble et très attaché à son public, incluant qui le souhaite à tout moment dans son univers chaleureux, candide et terriblement charmant.
setlist
    Flamingo
    Typical Music
    Lucky Creatures
    View From Above
    Here Comes The Weekend
    Comme D'habitude
    The Mall
    The Only One I Know
    Sure Enough
    The Centre Of Me
    Curiosity
    Sweet Old Sorry Me
    Magic Rising
    Only Took A Year
    Empathy For The Devil
photos du concert
    Du même artiste