logo SOV

Lightspeed Champion
These New Puritans
Glasvegas

Paris, Maroquinerie - 15 mai 2008

Live-report par Fab

Bookmark and Share
En l'espace de quelques heures, la soirée Inrocks Indie Club a proposé l'un de ses plateaux les plus complets et artistiquement prometteurs lors de son édition du mois de mai 2008. Si la venue des français de Koko Von Napoo relevait de l'anecdote, celle des écossais de Glasvegas et plus encore de These New Puritans et Lightspeed Champion était en effet attendue de pied ferme par le public parisien depuis quelques semaines déjà.

La salle de la Maroquinerie sonne encore bien vide lorsque Koko Von Napoo effectuent leur entrée en scène devant un public éparse. Si une poignée de proches de la formation encourage les parisiens, leurs premiers pas se font hésitants et pas toujours convaincants. Au fil des minutes, avec une certaine prise de confiance, le groupe parvient malgré tout à prendre ses marques avec une musique à forte sensibilité pop marquée par des sonorités de claviers new wave. Une belle découverte sans prétention avec un groupe dont le meilleur reste probablement à venir.

La tension monte d'un cran un court quart d'heure plus tard. Plongé dans une obscurité à peine entrecoupée de quelques spots rouges tranchants, le public retient son souffle en voyant débarquer les quatre glaswégiens dans une ambiance sombre et pesante. Distants, froids et renfermés sur eux-mêmes, Glasvegas font forte impression en dévoilant dès les premières notes de Flowers And Football Tops un mur du son noisy et puissant. La communication est réduite à son minimum, seuls quelques mots de James Allan venant ponctuer les compositions de la formation.
Sans se dévoiler ou entrer dans la démesure, le groupe fait preuve d'une maîtrise scénique brillante, d'une présence et d'un charisme sans équivoque, tout en proposant une série de titres de grande qualité sans la moindre faiblesse. Si leur nouveau single, Geraldine, n'est pas dévoilé à cette occasion, ses excellents prédécesseurs Daddy's Gone et It's My Own Cheating Heart That Makes Me Cry auront été plus que suffisants pour nous convaincre que le groupe sera à n'en pas douter la révélation des mois à venir. Plus qu'un espoir, Glasvegas est d'ores et déjà une révélation.

Dans un style moins accessible mais furieusement efficace, These New Puritans étalent à leur tour les bonnes dispositions entrevues sur l'album Beat Pyramid. Si quelques réserves pouvaient être émises lors de la récente Black Session enregistrée par le groupe, les doutes sont cette fois-ci rapidement balayés par le trio guitare/basse/batterie accompagné par un laptop distillant de nombreux samples en l'absence de la clavieriste Sophie Sleigh-Johnson.
Véritablement libérés et parfaitement rôdés, les anglais vont droit au but en enchaînant sans relâche les meilleurs titres de leur premier album avec une précision et une puissance insolentes, la section rythmique composée de Tomas Hein et George Barnett tenant son rôle avec une vraie fougue adolescente. Plutôt que de tenter d'étirer maladroitement leur set, These New Puritans réduisent leur prestation à un minimum syndical d'une courte demi-heure, un laps de temps semble-t-il idéal pour apprécier à leur juste valeur les Elvis, Colours, Numbers, Navigate ou Swords Of Truth, mais aussi la récente bside fff une fois encore épatante. Aucun temps mort, pas la moindre faute de goût... ces anglais en pleine ascension n'ont pas fini de nous surprendre.

Après trois prestations successives d'excellente facture vient alors le tour de Lightspeed Champion, six mois après un éphémère concert dans la salle de la Boule Noire lors du festival des Inrockuptibles. Six mois mis à profit par Devonte Hynes pour publier son premier album solo, travailler sur de nouvelles compositions, mais également grandement améliorer son aptitude scénique très perfectible quelques mois plus tôt. A ses côtés, trois musiciens, dont un guitariste/bassiste, Mike Siddell (ex-Hope Of The States) au violon ainsi que Anna Prior (Dead Disco, The ivories) à la batterie, pour un line-up à la cohésion grandissante.
En dépit de quelques limites vocales une fois encore entrevues dès les premiers couplets de Galaxy Of The Lost, le jeune anglais fait preuve d'un talent certain pour toucher le public et faire grandir un capital sympathie visiblement important à ses yeux. Parmi la petite dizaine de titres interprétés figurent ainsi pas moins de trois inédits de bonne facture (Marlene, Madame Van Damme et Happy Birthday) ainsi que les titres les plus réussis de Falling Off The Lavender Bridge, notamment Tell Me What It's Worth, Dry Lips ou encore All To Shit sur lequel Devonte Hynes prend place derrière la batterie tout en assurant en parallèle le chant. Le tout avec, en guise de cerise sur le gâteau, une reprise du thème de Star Wars en introduction d'un excellent Midnight Surprise de près de quinze minutes.

Des surprises, des confirmations et des révélations, tout cela pour un Inrocks Indie Club qui n'aura, ma foi, pas manqué de saveur !
setlist
    GLASVEGAS
    01. Flowers And Football Tops
    02. Lonesome Swan
    03. It's My Own Cheating Heart That Makes Me Cry
    04. Geraldine
    05. Polmont On My Mind
    06. Daddy's Gone

    THESE NEW PURITANS
    01. Navigate-Colours
    02. Swords Of Truth
    03. Numerology Aka Numbers
    04. C 16th
    05. Elvis
    06. Colours
    07. En Papier
    08. fff
    09. Infinity

    LIGHTSPEED CHAMPION
    01. Galaxy Of The Lost
    02. Marlene
    03. Dry Lips
    04. Madam Van Damme
    05. Tell Me
    06. No Suprises (For Wendela)
    07. Happy Birthday
    08. All To Shit
    09. I Could Have Done This Myself
    10. Star Wars Theme
    11. Midnight Surprise
photos du concert
    Du même artiste