logo SOV

The Streets

Paris, Elysée Montmartre - 19 novembre 2008

Live-report par Ludovic

Bookmark and Share
Trois mois après sa prestation remarquée au Festival Rock En seine, le prodige du hip-hop made in England, Mike Skinner, revient à Paris pour confirmer tout le bien que le public parisien pense de lui. En effet, lors du festival francilien, The Streets avait remplacé au pied levé Amy Winehouse, victime d’un de ses nombreux caprices. Prévu initialement pour jouer en clôture sur la petite scène, il avait hérité de la grande et avait su mettre à ses pieds les quelques milliers de personnes présentes par un show plus qu’endiablé, le tout en se moquant ouvertement de la diva anglaise. Mike Skinner et sa bande sont donc attendus de pied ferme à l’Elysée Montmartre qui; malheureusement, n’a pas fait le plein ce soir.

C’est à la jeune révélation de la soul, Sophie Delila, que revient la lourde tâche de chauffer la salle. C’est sans prétention aucune qu’elle se présente, seulement accompagnée de son guitariste. Le temps de quelques titres dynamisés par sa puissante voix, elle arrive à instaurer une ambiance chaleureuse nous transportant presque sur les quais de Seine en plein Paris Plage. S’il y a fort à parier que nous la reverrons sur les scènes des festivals l’été prochain, l’audience de ce soir ne semble l’écouter que d’une oreille distante et sa prestation, pourtant fort sympathique, risque de ne pas laisser de souvenirs impérissables.

On ne peut pas en dire autant de Mike Skinner qui, dés son entrée sur scène sur Everything is borrowed, commence son numéro de show man. Malgré le rythme assez lent de ce morceau, il bondit dans tous les sens et ne cesse de communiquer avec les premiers rangs, se permettant de défier amicalement du regard quelques individus qu’il semble reconnaître dans le public.
Pendant tout le concert, il saute dans tous les sens, monopolisant tellement l’attention qu’on en oublie presque les autres musiciens. Seul le dynamique MC arrive par moments à tirer son épingle du jeu. Skinner peut paraître mégalomane et prétentieux, notamment par ses nombreux « Do you see me ? Do you hear me ? » qu’il scande à la foule, mais c’est avant tout un frontman surdoué et totalement dévoué à son public.
Le choix de la setlist confirme cette générosité envers ses fans. En effet, ce soir, il nous offre un véritable Best Of de ses quatre premiers albums, en s’attardant longuement sur les titres les plus percutants d'Original Pirate Material. Les changements de rythme s’enchaînent. Sur certains titres tels que Same Old Thing, nous pourrions même nous croire en plein club New Yorkais, tellement les beats et le flow sont intenses. Après une légère baisse de régime en deuxième partie de concert avec quelques morceaux plus calmes, il nous sert quatre dernières bombes en guise de rappel : avec un Turn The Page très festif et un Fit But You Know It euphorisant , The Streets met définitivement la salle à ses pieds.

Malgré une durée un peu courte (1h20), le public quoiqu’un peu calme par moments, semble littéralement conquis. Même si Skinner n’est peut-être pas le plus grand des chanteurs vocalement parlant, il a confirmé ce soir-là son statut de phénomène de la scène Hip-Hop actuelle.
setlist
    Everything Is Borrowed
    Don’t Mug Yourself
    Push Things Forward
    The Escapist
    Same Old Thing
    Too Much Brandy
    Sharp Darts
    It’s Too Late
    Cold Well Be In
    Never Went To Church
    Edge Of A Cliff
    Has It Come to This
    Week become Heroes
    Blinded By The Lights
    ---------
    Turn The Page
    Dry Your Eyes
    Heaven For The Weather
    Fit But You Know It
photos du concert
    Du même artiste