logo SOV

Travis

Paris, Casino de Paris - 10 février 2009

Live-report par Fab

Bookmark and Share
Si l'aura et l'influence de Travis ne sont plus les mêmes qu'il y a quelques années encore, le capital sympathie de la formation écossaise n'a quant à lui jamais semblé affecté, en témoigne la présence toujours aussi indéfectible de ses plus fidèles fans au Casino de Paris cette semaine. Deux ans après avoir conquis le Bataclan, et quelques mois après la sortie de l'album Ode To J. Smith, Fran Healy et ses trois camarades ont encore une fois apporté sourire et bonheur au public pendant près de quatre-vingt dix minutes.

Après avoir laissé l'ouverture de la soirée à The Alexandria Quartet pour un résultat quelque peu discutable, le quatuor accompagné pour l'occasion par le suédois Claes Björklund aux claviers démarre sa prestation à grand renfort de guitare. Chinese Blues et J. Smith, tous deux tirés du sixième album studio du groupe, semblent ainsi surprendre quelque peu le public trentenaire plus habitué de la part de Travis à des douces mélodies qu'aux envolées électriques. Re-Offender et Pipe Dreams, salués dans la foulée avec un bel entrain, rétablissent ainsi quelque peu la balance avant que le chaleureux Fran Healey ne s'adresse enfin à la salle.
La machine semble définitivement lancée, qui plus est avec l'enchaînement direct de deux titres une fois encore extraits du récent Ode To J. Smith, l'entraînant single Something Anything et Long Way Down. Encore sage, l'atmosphère gagne en intensité alors que le groupe se décide enfin à interpréter les compositions lui ayant assuré un succès à l'échelle mondiale dans un passé proche. Les bras se lèvent et se balancent ainsi durant Love Will Come Through avant que le guitariste Andy Dunlop ne se retrouve sous le feu des projecteurs, au propre comme au figuré, lors du solo crescendo menant au final de As You Are.

Désormais bien installé, le groupe peut dérouler les meilleurs titres de son répertoire, notamment Closer ou Driftwood, mais aussi un Side brillant durant lequel un Fran Healy survolté grimpe sans peur sur la batterie de Neil Primrose avant d'effectuer un impressionnant saut face à des fans surpris par une telle aisance. La fin de concert n'en est que plus jouissive avec, entre autres, Writing To Reach You, un Sing repris en choeur par l'ensemble de la salle et une poignante interprétation de Before You Were Young rapidement suivie d'un Turn fédérateur.
Le rappel est à cet instant une obligation... et des surprises sont à venir. Si c'est en effet le bassiste Dougie Payne que l'on retrouve au chant et à la guitare dans un premier temps pour Ring Out The Bell, le groupe, rassemblé à cet instant au premier plan de la scène, s'autorise également une version acoustique du touchant Flowers In The Window avant le traditionnel et imparable Why Does It Always Rain On Me?.

Soyons rassurés : même avec quelques années de plus au compteur et des cheveux gris en nombre croissant, Travis reste bien l'une des formations les plus touchantes et émouvantes de la scène pop actuelle.
setlist
    Chinese Blues
    J. Smith
    Re-Offender
    Pipe Dreams
    Something Anything
    Long Way Down
    Love Will Come Through
    As You Are
    Closer
    Side
    Driftwood
    Falling Down
    Sing
    Writing To Reach You
    Indefinitely
    Song To Myself
    Before You Were Young
    Turn
    ---------
    Ring Out The Bell
    Selfish Jean
    Flowers In The Window
    Why Does It Always Rain On Me?
photos du concert
    Du même artiste