logo SOV

La Roux

Paris, Olympia - 13 mai 2010

Live-report par Fab

Bookmark and Share
Convaincante au mois de mars dernier dans la salle du Bataclan, LA ROUX était de retour cette semaine à Paris pour un nouveau test d'envergure dans la prestigieuse salle de l'Olympia. Bien que fatiguée vocalement de son propre aveu, la jeune anglaise s'est montrée, une heure durant, à la hauteur du lieu et des attentes.

En ouverture des festivités, le public se voit ainsi proposer une courte prestation des français d'Outlines sur le coup de 20h. Passée la découverte du premier titre, la fosse semble se laisser conquérir avec une facilité déconcertante par des compositions pop portées par une basse funky et des mélodies au piano entrainantes. Dans la fosse, le public esquisse les premiers pas de danse de la soirée, qui plus est poussé à se laisser aller par Irfane Khan-Acito, frontman de son état. Après une vingtaine de minutes et cinq titres interprétés avec une réelle application mais aussi une certaine retenue, le quatuor adresse un rapide au revoir à la salle, celle-ci lui répondant par des applaudissements nourris et sincères.

Une longue attente de près de trois quarts d'heure s'ensuit alors que l'impatience de certains se fait entendre de manière croissante face à l'absence de toute activité sur la scène. Appâté par les multiples singles publiés par LA ROUX ces douze derniers mois, le public se veut ainsi plus diversifié qu'à l'accoutumée, les adolescents côtoyant ce soir les quarantenaires ainsi que de nombreux étrangers présents pour l'occasion. Une certaine satisfaction se fait entendre alors que les lumières s'éteignent et que les enceintes de l'Olympia diffusent l'introduction de Tigerlily sous la forme d'une piste enregistrée, avant que le backing band d'Elly Jackson ne prenne progressivement le relai en amont de son arrivée pour les premières paroles du titre.
Plongé dans les années 80 de par les sonorités et percussions électroniques employées mais aussi un univers visuel assumé, le public se déchaîne une première fois durant Quicksand tandis que l'anglaise, affublée d'une banane à faire pâlir d'envie Dick Rivers, arpente la scène comme pour mieux haranguer la foule. Après cette entame pied au plancher, le rythme du concert ralentit progressivement, notamment sur une monotone reprise des Rolling Stones (Under My Thumb) ainsi qu'un Saviour, interprété en solo à la guitare acoustique, tout aussi surprenant dans un premier temps que dénué d'intérêt sur la longueur.
Loin de son image de machine à tubes, LA ROUX développe sur scène les différents aspects de son univers artistique, avec une certaine retenue sur Growing Pains ou une sensibilité plus évidente tout au long de Cover My Eyes. Il faut ainsi attendre la fin du set pour assister au réveil soudain d'une salle quelque peu apathique. Tout d'abord avec I'm Not Your Toy et Fascination, mais aussi et surtout avec le flamboyant In For The Kill, repris en chœur par de nombreux fans alors que le balcon se lève et danse à son tour frénétiquement.

Seul absent notable de la soirée à cet instant donné, Bulletproof est inévitablement choisi en guise de rappel alors que l'ambiance atteint enfin son paroxysme, un vent de folie parcourant une salle enfin au diapason face à sa maitresse de cérémonie de retour au meilleur de sa forme vocale après une brève pause. En l'espace de cinquante minutes, LA ROUX aura fait taire les mauvaises langues sur ses limites et procuré une satisfaction indéniable à ses plus fidèles soutiens.
setlist
    Tigerlily
    Quicksand
    Colourless Colour
    Armour Love
    Under My Thumb (The Rolling Stones cover)
    Saviour
    Growing Pains
    Cover My Eyes
    I'm Not Your Toy
    Fascination
    In For The Kill
    ----
    Bulletproof
photos du concert
    Du même artiste