logo SOV

Edwyn Collins

Paris, Nouveau Casino - 17 novembre 2010

Live-report par Julien Soullière

Bookmark and Share
Un public, mais plusieurs générations : Edwyn le Miraculé a marqué son époque et traversé les autres. Ce soir en est la preuve.

 

SOV

 

Plongée dans une pénombre légèrement bleutée de par l’action continue des néons, la salle se remplit au compte-goutte; dans son fond, un lumineux The Kinbeats s’affiche tout en bleu, rouge et lettres capitales, donnant au Nouveau Casino un côté vieux bistrot US pas désagréable; à l’entrée, Collins fils vend tee-shirts, livres et disques à tour de bras, le sourire de son père constamment imprégné sur son visage enfantin.
Quand les lumières s’éteignent enfin, quatre énergumènes à peine sortis de l’adolescence font leur entrée sur scène. Ce sont eux, les Kinbeats, des jeunes gens bercés, comme tant d’autres à travers le monde, par les Beatles et les Beach Boys. L’influence de ces groupes, on la ressent sans mal dans les sons pops balancés une demi-heure durant par la formation allemande; des compositions majoritairement enjouées, même si entrecoupées de quelques ballades, et qui pourraient toutes être entendues au détour d’une série américaine grand public.
L’avantage quand on joue ce genre de musique, c’est que cela marche toujours un peu, surtout en live. L’inconvénient, c’est que même sans être complètement hermétique au genre, on n’en trouve pas la chose follement intéressante pour autant. Qu’importe, le set suit son bonhomme de chemin, et se termine la guitare électrique dans les airs. Leur temps est maintenant venu, et les Kinbeats quitte l’arène en saluant la foule. Des mains se lèvent alors ici et là pour applaudir les quatre gaillards.

 

SOV

 

Quelques minutes plus tard, les conversations se suspendent : Edwyn Collins traverse la foule, le pas hésitant et le regard marqué par l’épreuve endurée. De part et d’autre, on l’observe. Pas comme une bête de foire, non, mais avec l’œil bienveillant de celui ou celle qui apprécie le travail de ce grand monsieur, et qui salue chez l’homme tout autant son amour de la musique que son extraordinaire force de caractère. Dans pareilles conditions, beaucoup ne feraient pas ce qu’il fait ce soir.
Chapeau vissé sur la tête, Edwyn Collins arrive finalement sur scène, titubant jusqu’à son micro; les séquelles physiques sont apparentes, certes, mais le bonhomme n’a rien perdu de son aura : dès ses premières vocalises sur Losing Sleep, le public est transporté dans l’univers du légendaire interprète de A Girl Like You. Un univers dont il semble difficile de décrocher, ce que tend à prouver une salle qui ne désemplit pas et les chaleureux applaudissements qui ponctuent chacun des morceaux joués. Et quand bien même l’ennui viendrait pointer le bout de son long nez, il y a toujours un titre plus entrainant que la moyenne, à l’image de Do It Again ou de What Is My Role?, pour relancer une machine à peine enraillée; ou bien des moments plus intimistes, durant lesquels la voix grave et chaleureuse de l’écossais se paye le luxe de faire des merveilles (Home Again).
Le set se termine, mais devant les encouragements du public parisien, Edwyn Collins passe outre la fatigue et remonte sur scène avec ses musiciens, ceux-là même avec lesquels il a partagé ce soir tant de jolis moments de complicité. En résulte un rappel long de plusieurs titres, durant lequel l’écossais va nous offrir, et s’offrir par la même occasion, un duo avec son jeune fils; et si ce dernier n’a pas les qualités vocales de son père, il s’en sortira néanmoins très honorablement.

L’artiste s’en va et son public lui emboite le pas. Ce soir, l’ex-Orange Juice aura séduit son monde, tant par sa pudeur que par sa délicieuse énergie. Le rock n'a que faire des accidents de la vie : au final, il leur survit.
setlist
    Losing Sleep
    Dying Day
    What Presence?
    Make Me Feel Again
    Wheels Of Love
    Consolation Prize
    What Is My Role?
    It Dawns On Me
    Home Again
    Humble
    Falling & Laughing
    Rip It Up
    Do It Again
    Don't Shilly Shally
    A Girl Like You
    ----
    Searching For The Truth
    One Track Mind
    In Your Eyes
    Blue Boy
photos du concert
    Du même artiste