logo SOV

Jon Hopkins

Asleep Versions

Jon Hopkins - Asleep Versions
Chronique Single/EP
Date de sortie : 10.11.2014
Label :Domino Records
35
Rédigé par Julien Soullière, le 12 novembre 2014
Bookmark and Share
D'ici quelques années, l'histoire de la musique aura sûrement l'air bien circonspect lorsqu'on la sondera sur Jon Hopkins, un nom qu'elle aura vraisemblablement oublié de retenir depuis longtemps déjà. En un peu plus de dix ans de carrière, le bonhomme aura pourtant accouché d'une belle discographie, et sera même allé jusqu'à signer l'un des tous meilleurs albums de l'année passée.

Grand amateur de revisites, Hopkins aime s'attaquer aux morceaux des autres, mais ne s'interdit jamais de réétudier les siens, en atteste sa récente relecture de We Disappear (en collaboration avec Lulu James) ou ce nouvel EP qu'est Asleep Versions, constitué de quatre titres pour autant de remixes de compositions parmi les plus intéressantes d'Immunity. Et si l'anglais sait faire bouger les foules à coups de beats tendus, il s'est aussi illustré par des compositions d'inspiration classique et des plus aériennes : comme son nom et son artwork (clin d'œil appuyé au recueil d'images « The New Ghost » de Robert Hunter) l'indiquent, Asleep Versions nous propose donc d'explorer un peu plus encore cette facette du musicien londonien.

Diamond Mine nous avait prévenus, mais c'est là le genre de coup de pied aux fesses qu'on aime à prendre deux fois. Oui, la rencontre entre l'orfèvrerie sonore d'Hopkins et des voix aux confins du céleste est des plus heureuses. D'où qu'elles viennent, ces vocalises angéliques, tantôt masculines (Immunity, avec son pote le King Creosote déjà présent sur le titre originel), tantôt féminines (Form By Firelight) viennent sublimer un peu plus encore une electronica douce comme les rêves, de celles qu'on ne peut qu'apprécier au casque et les paupières bien fermées. Dans les bonnes conditions d'écoute, il est donc difficile de poser l'oreille sur ces premiers titres sans qu'à chaque seconde mille images ne nous viennent à l'esprit, et on se dit que ce sont là des compositions au caractère cinématographique tout aussi indéniable que celui dont peuvent se targuer les morceaux présents sur Monsters OST, mais qu'elles sont néanmoins bien plus accrocheuses que la plupart de ces derniers.
De quoi faire oublier une deuxième partie d'EP un peu plus terne, entre une version de Breathe This Air moins percutante que l'originale (et aux accents technos finaux quelque peu crispants), et un Open Eye Signal intriguant car méconnaissable, mais malheureusement trop plat pour ne pas donner envie de passer à autre chose (dommage, car de belles notes de piano viennent se faire une place en toute fin de parcours).

Comme toujours, Jon Hopkins nous revient avec des propositions musicales intéressantes sous le bras, et comme toujours, nous sommes là pour les l'accueillir. Une chose est sûre, les collaborations lui vont plutôt bien au teint, et on ne serait pas contre l'idée d'en entendre plus à l'avenir.
tracklisting
    01. Immunity (feat. King Creosote)
  • 02. Form By Firelight (feat. Raphaelle Standell)
  • 03. Breathe This Air (Asleep Version)
  • 04. Open Eye Signal (Asleep Version)
titres conseillés
    Immunity
notes des lecteurs
Du même artiste