logo SOV

Happyness

Floatr

Happyness - Floatr
Chronique Album
Date de sortie : 01.05.2020
Label : Infinit Suds
4
Rédigé par Simon Cordat, le 3 mai 2020
Bookmark and Share
La formation de Londres ne semble pas être encore à bout de ses inspirations. Depuis le prometteur Weird Little Birthay, Happyness n'a cessé d'évoluer vers des productions rock alternatives mélodieuses. Les critiques ont été enthousiastes pour le deuxième opus Write In et devraient l'être à nouveau à l'égard du nouveau disque baptisé Floatr.

Ce dix titres rassemble de nouvelles inventions qui nous donnent l'illusion de la parfaite rencontre entre Elliot Smith et les Pixies. Cependant, derrière ces références nineties, le duo propose un enregistrement authentique et des chansons positives réussies. Bien que Jon EE Allan et Ash Kenazi soient les seuls membres permanents du groupe, rien ne les a empêché d'exacerber ce mélange pop rock sans prétention.

Floatr invite à un rêve royal dès l'introduction éponyme. Les arrangements sont aussi nombreux que ceux présents dans un album des magiciens The Zombies : les guitares acoustiques, le mellotron et la voix soufflée créent un paysage soft-rock détonnant et plein d'espoir. Suite au gimmick brit-pop Milk Float et au romantisme de When I'm Far Away (From You), le folk noisy de Vegetable nous rappelle les distorsions-garage atypiques de J. Mascis avec cette cool-attitude renaissante. Souvent, les imperfections sonores sont volontaires chez Happyness mais représentent les atouts d'un opus à la limite du lo-fi. D'ailleurs, les refrains insouciants de Undone, Ouch (Yup) ou What Isn't Nurture sont des moments précieux et très efficaces contre les jours gris.

À travers cet ensemble où l'unité est respectée, le format radio est largement mis de côté au profit de voyages qui avoisinent parfois les six minutes. Parmi ces joyaux, le bipolaire Anvil Bitch illustre les expérimentations sonores et les énergies spontanées du groupe jusqu'à l'explosion. Ici les guitares électriques ont le dernier mot durant ce moment où l'improvisation semble tout aussi importante que les structures préétablies.
Finalement, la marge d'erreur de Floatr est limitée à seulement deux titres moins percutants. À l'image du timide Bothsidesing ou de l'ambiant I Kissed The Smile On Your Face réservé en fin de partie, la dynamique plus douce ne semble pas faire le poids face aux tornades que l'on connaît jusque-là. Fort heureusement, cela reste minime.

Le duo Happyness a largement passé la barrière de « groupe prometteur ». Sans pour autant révolutionner le genre, ce troisième album confirme tout de même l'ingéniosité mélodique des deux musiciens. Les compositions sont inspirantes et font planer au-dessus de nos têtes les esprits vertueux de Mercury Rev ou Sparklehorse. Comme si c'était facile.
tracklisting
    01. Title Track
  • 02. Milk Float
  • 03. When I'm Far Away (From You)
  • 04. Vegetable
  • 05. What Isn't Nurture
  • 06. Bothsidesing
  • 07. Undone
  • 08. Anvil Bitch
  • 09. Ouch (Yup)
  • 10. (I Kissed the Smile on Your Face)
  • 11. Seeing Eye Dog
titres conseillés
    Floatr, Vegetable, Undone, Anvil Bitch
notes des lecteurs
Du même artiste