logo SOV

Keane

Perfect Symmetry

Keane - Perfect Symmetry
Chronique Album
Date de sortie : 13.10.2008
Label : Island
2
Rédigé par Fab, le 20 octobre 2008
Bookmark and Share
Il fut un temps où la musique de Keane était encore réputée pour sa simplicité, sa fraîcheur et sa sensibilité. Un temps où les Everybody's Changing, Bedshaped ou Somewhere Only We Know, pépites encore préservées du grand public, avaient su nous surprendre et nous charmer sur un Hopes & Fears de qualité. Un temps désormais révolu, car si Under The Iron Sea avait indéniablement rempli les comptes en banque des trois anglais, il avait également ruiné les espoirs de bon nombre de fans de la première heure. Sans surprise, Perfect Symmetry enfonce un peu plus un clou plus rouillé qu'il n'y paraissait...

Il y a quelques semaines encore, alors que rien de ce troisième opus n'avait encore filtré, le groupe, serein, affirmait avec assurance avoir pris la décision de dépasser les limites du bon goût, encouragé de manière presque criminelle par son producteur Stuart Price. En suivant la voie tracée par de trop nombreuses formations, Keane voient à leur tour s'ouvrir les portes du succès avec une pop mainstream aux influences diverses. Si le groupe peut se targuer d'avoir poussé ses expérimentations musicales jusqu'au point de non-retour en puisant autant dans le monde électronique que dans les atmosphères new wave des années 1980, cherchant sans cesse à insuffler un groove inédit et surprenant à ses compositions, le résultat se révèle trop incohérent pour permettre à ce Perfect Symmetry de trouver son équilibre et sa ligne directrice, noyant par la même occasion l'auditeur dans un flot continu de sonorités dont la finalité n'est que de mettre en valeur des rythmiques plus enjouées et rythmées.

En cherchant à dissimuler derrière des artifices peu convaincants et la voix cristalline de Tom Chaplin, une fois encore irréprochable, une panne d'inspiration flagrante se répercutant sur des mélodies sans saveur, Keane ne parviennent pas à sauver les apparences. Synthétiques ou classiques, les contributions instrumentales de Tim Rice-Oxley aux claviers se révèlent trop rarement marquantes et percutantes pour permettre au disque de rester à flot. Derrières des effets grossiers et disgracieux, des titres tels que Spiralling ou Better Than This se hissent au faible niveau d'autres plus traditionnels à l'image de You Don't See Me, Love Is The End ou encore de Black Burning Heart et de son interlude chantée en français dans le texte. Seules véritables satisfactions de l'album, le très électronique You Haven't Told Me Anything, le récent single The Lovers Are Losing et l'entraînant Perfect Symmetry.

Devenus trop rapidement une machine dénuée d’âme, Keane marchent désormais dans les pas des Coldplay, Muse et autres U2 alors que de nouveaux horizons s’offrent à eux. Une preuve d’ambition, certes, mais regrettable à l’écoute de ce nouvel album…
tracklisting
    1. Spiralling
  • 2. The Lovers Are Losing
  • 3. Better Than This
  • 4. You Haven't Told Me Anything
  • 5. Perfect Symmetry
  • 6. You Don't See Me
  • 7. Again & Again
  • 8. Playing Along
  • 9. Pretend That You're Alone
  • 10. Black Burning Heart
  • 11. Love Is The End
titres conseillés
    You Haven't Told Anything - The Lovers Are Losing
notes des lecteurs
Du même artiste