logo SOV

Pure Reason Revolution

Amor Vincit Omnia

Pure Reason Revolution - Amor Vincit Omnia
Chronique Album
Date de sortie : 09.03.2009
Label : Superball Music
35
Rédigé par Jimprofit, le 12 mars 2009
Bookmark and Share
Sacrés, il y a trois ans, nouveaux chantres de la poprock progressive et véritable version édulcorée sans être pour autant aseptisée ni insipide des plus rugueux Oceansize, les membres de l’une des formations les plus expérimentales et hétéroclites de sa génération donnent un successeur au très remarqué The Dark Third. Si l’on ne peut oublier le penchant prononcé du quintette pour les atmosphères éthérées et symphoniques, ainsi que son goût immodéré pour les compositions au long cours, truffées d’arrangements inventifs et de rebondissements mélodiques, à l’image du classique The Bright Ambassadors Of Morning, Amor Vincint Omnia se présente comme l’occasion de vérifier si la musique de Pure Reason Revolution reste toujours aussi difficile d’accès et hermétique.

Dès l’introduction électrique du premier morceau, Les Malheurs, et l’entrée en action d’une rythmique rigoureuse sur laquelle se plaque un synthé plutôt grossier et brut de décoffrage, on ne peut cacher notre surprise, eu égard à la lisibilité du titre et à son immédiateté. En effet, même si le duo incessant de voix subsiste, on loue la fraîcheur de titres comme Victorious Cupid, coincé entre Oceansize pour la partie pêchue et Mansun pour le chant et les variations harmoniques, ou encore Deus Ex Machina et The Gloaming.

En revanche, l’opus est ponctué de compositions absconses et complexes, à l’image des trois mouvements situés en son cœur (Keep Me Sane/Insane, Apogee et Requiem For The Lovers, lesquels renouent avec les circonvolutions instrumentales des morceaux les plus ampoulés de The Dark Third. Par bonheur, en guise de pauses salvatrices et d’intermèdes plus ludiques, Pure Reason Revolution a la très bonne idée de nous offrir Bloodless et Disconnect, aux arrangements essentiellement synthétiques et où le recours aux boucles mélodiques semble parfois dénué d’intérêt.

Plus varié et audacieux que son prédécesseur, Amor Vincint Omnia, pèche néanmoins par manque de véritable identité musicale ou de positionnement, un peu comme si, pour la formation, composer et jouer représentaient une fin en soi, une démarche opposée à celle des plus inspirés People In Planes qui, dans le même segment, proposent une vraie touche personnelle et authentique.
tracklisting
    01. Les Malheurs
  • 02. Victorious Cupid
  • 03. i) Keep Me Sane/Insane
  • 04. ii) Apogee iii) Requiem For The Lovers
  • 05. Deus Ex Machina
  • 06. Bloodless
  • 07. Disconnect
  • 08. The Gloaming
  • 09. AVO
titres conseillés
    Les Malheurs - Victorious Cupid - The Gloaming
notes des lecteurs
Du même artiste