logo SOV

Alt-J

An Awesome Wave

Alt-J - An Awesome Wave
Chronique Album
Date de sortie : 28.05.2012
Label : Infectious Music/PIAS
45
Rédigé par Fantin, le 24 mai 2012
Bookmark and Share
Parmi les nombreux groupes que l'on voit éclore outre-Manche et dans lesquels on fonde ne serait-ce qu'un semblant d'espoir, il en est toujours un, sur une promotion annuelle, qui convainc plus que ses pairs, bien souvent par son aspect novateur, sa capacité à sortir des rangs déjà maintes fois visités. Il y eût The XX en 2009, WU LYF l'an passé. Un unique deux-titres aura suffit à nous faire envisager qu'Alt-J, jeune quatuor originaire de Leeds, puisse bien être celui qui porterait haut l'étendard musical britannique en cette année 2012.

On n'en attendait pas moins. Une esthétique minimale et moderne qui doit beaucoup à Peter Saville (tête pensante derrière l'imagerie glaciale du mythique label mancunien Factory Records), des titres richement orchestrés, une symbolique mystérieuse tant dans des textes pour le moins littéraires que dans le recours systématique à la forme triangulaire et au signe ∆ : Alt-J (nom choisi en référence à la combinaison de touches aboutissant à la lettre grecque ∆ sur un mac au clavier QWERTY) a su intriguer en l'espace de quelques semaines, se forger une solide réputation de perfectionnistes en marge d'une scène musicale de moins en moins innovante.
Des arrangements riches et subtiles, une sincérité poignante, une plume hors pair. An Awesome Wave ne tarde pas à se faire sentir à la hauteur de nos espérances. Si en mathématiques, la notation ∆ symbolise la constante clé pour déterminer les solutions d'une équation complexe à multiples degrés, Alt-J parvient à en déceler la valeur pour résoudre l'égalité qui lui permet de s'élever aux hauts rangs des artistes pop d'aujourd'hui.
Vite immergés dans leurs réflexions sonores et calculatoires où se mêlent sentiments personnels et littérature bruitiste, on est comme frappés par l'audace des quatre jeunes gens, il y a encore peu, inconnus. Entre percussions math-rock, songwriting folk, références hip-hop et un goût particulier pour les jeux de voix transformant chaque titre en une véritable œuvre psychédélique, les Loiners parviennent à concevoir une pop unique en son genre et jusque là inédite.
Et la vague s'échoue sur nos tympans dans une unité remarquable. An Awesome Wave constitue une véritable œuvre de par sa construction. Les titres s'imbriquent dans une complémentarité naturelle, comme s'ils avaient été conçus les uns à la suite des autres. Le pouvoir narratif de Joe Newman (chanteur et guitariste du groupe) est décidément remarquable. Après une Intro chantée et richement orchestrée méritant un titre tout autre tant il constitue un fait d'arme de qualité (celle-ci se nommait d'ailleurs Nod To The Canon à l'origine), des chants tourmentés nous content en guise d'interlude (oui, déjà) l'histoire d'une jeune femme désespérée et rêvant d'une vie où les préoccupations, les soucis et obstacles seraient abolis. Elle prie d'être seulement heureuse et à l’abri du tracas quand seuls quelques aboiements triviaux lui répondent.

On retrouve cette dimension sociale tout au long du disque mais c'est toutefois dans la narration qu'Alt-J excellent. An Awesome Wave constitue un véritable recueil de nouvelles sonores et poignantes. Entre le séduisant spleen de Tesselate ne parvenant pas à disparaître malgré quelques tentatives de changements d'humeur, le tube au clip bouleversant et pour le moins cinématographique de Breezeblocks, ce premier album hors-pair nous transporte à travers le monde et les points de vue.
Difficile de ne pas penser à de subtils chants africains surréalistes sur Fitzpleasure, de ne pas percevoir l'américanisme du néo-folk de Matilda, dont les paroles sont, de plus, basées sur le film Leon de notre Luc Besson national (on peut d'ailleurs y entendre Joe Newman susurrer un instant en français dans le texte : "Elle a besoin de toi, cela vient de Matilda"). Cet album nous fait voyager, et là est bien son grand mérite.

Si, sur certains titres, seuls les arrangements suffisent à nous évader (le piano en maestria de Something Good, les cloches ouvrant le vaporeux MS), les Loiners ne tombent pas pour autant dans la facilité, poursuivent leur quête mathématique et littéraire tout au long des trop vite écoulées quarante-et-une minutes de ce premier effort. Apogée atteinte et équation résolue sur Fitzpleasure. Aussi justifié qu'était le buzz de ce morceau sur la toile, ce n'est véritablement que dans la subtile harmonie de cet album qu'il trouve sa place. Bouleversant, ce défouloir lunatique procure à l'esprit une adrénaline sentimentale détonante et une soudaine envie d'augmenter le volume pour savourer ce chef d'œuvre comme il se doit.
Ils auraient pu nous quitter ainsi, sans prendre de risques. Pourtant ils ont choisi de poursuivre aventureusement. Choix pour lequel on les remerciera grandement. Alt-J dévoilent une merveille de pop sombre sur Bloodflood avant de nous soumettre la véridique seconde solution de l'équation : le subtil et touchant Taro, en hommage au célèbre couple de photographes de guerre Robert Capa et Gerda Taro. À l'aide d'un instrument non identifié surgi d'un autre temps et de cordes frottées, le groupe nous évade sur un refrain poignant, faisant frissonner et ressortir plus que jamais la sensibilité de ses auteurs.

Si l'on pourra les comparer à Django Django pour leur pop rythmée et souvent entraînante ou à Wild Beasts pour la noirceur camouflée d'un songwriting de grande qualité, Alt-J se démarquent par leur audace, leur capacité à ne cesser de surprendre et à varier les plaisirs. Un grand disque, et, plus qu'une révélation, une merveille sans égale.

Le triangle est bel et bien devenu notre forme favorite.
tracklisting
    01. Intro
  • 02. (Interlude 1)
  • 03. Tessellate
  • 04. Breezeblocks
  • 05. (Interlude 2)
  • 06. Something Good
  • 07. Dissolve Me
  • 08. Matilda
  • 09. MS
  • 10. Fitzpleasure
  • 11. (Interlude 3)
  • 12. Bloodflood
  • 13. Taro
titres conseillés
    Breezeblocks - MS - Fitzpleasure - Taro
notes des lecteurs
Du même artiste