logo SOV
Get Cape. Wear Cape. Fly. - Maps
Chronique Album
Date de sortie : 07.05.2012
Label : Cooking Vinyl
3
Rédigé par Aurélien, le 7 juin 2012
Bookmark and Share
Le temps passait pour Get Cape. Wear Cape. Fly et rien ne s’arrangeait, ou presque.

Six ans auparavant, on était séduit et surpris par la poésie de l’excellent The Chronicles Of A Bohemian Teenager. Encore sous le charme, les années suivantes, on scrutait l’actualité musicale dans l’attente de son digne successeur. Las, Sam Duckworth ne faisait que doucher nos attentes lors de ses régulières sorties, à l’instar du lointain et effacé souvenir nommé Searching For The Hows And Whys, ou de son peu inspiré et répétitif troisième opus étrangement éponyme et donc scotché au passé. Dès lors, un changement s’imposait. Débarrassé de son encombrante cape, ce mouvement prenait la forme d’un agréable album solo pour Sam Duckworth, cheville ouvrière du groupe. Intitulé The Mannequin, cet album doux et mélodique, simple mais efficace, semblait signaler que l’anglais, revenu de nulle part, avait retrouvé les pieds sur terre et était peut-être bien prêt pour un nouvel envol.

Plein d’espoir, on retrouve Get Cape. Wear Cape. Fly. à la sortie de son quatrième album. Très vite, il semblerait que, rassuré et décomplexé, le musicien se pare à nouveau de son habit magique pour sortir le plaisant Maps. Enjoué et percutant, l’album nous propose dix pistes globalement plus rock qu’à l’accoutumée, à la production bien léchée, reflétant à elles seules le remue-ménage artistique entrepris par l’anglais.
En effet, d’entrée, il nous surprend sur The Real McCoy, où guitares électriques saturées et chœurs déjantés initient la métamorphose sonore. S’en suivent les trompettes latino rythmées de Vital Statistics, les woohoo pop rock chantés de Daylight Robbery ou encore la basse électronique groovy de Call Of Duty. Pas au bout de nos surprises, le rap slam de l’artiste Jehst fait même son apparition sur un morceau et demi. Bien vu musicalement, dynamique et varié, l’objet a le mérite de s’écouter et de se réécouter sans trop de difficulté.

Au final, à l’instar du joli titre Easy (complicated) sur lequel Sam parvient à extérioriser en musique ses doutes passés pour mieux aller de l’avant, Get Cape. Wear Cape. Fly. semble avoir retrouvé l’inspiration. Fruit d’une introspection sonore douloureuse, ce nouveau souffle, on en est sûr, lui permettra de s’envoler de plus belle musicalement, plutôt que de se cacher sous son lointain passé glorieux.

A défaut d’être un grand chef d’œuvre, ce Maps est une petite réussite. Et c’est déjà pas mal.
tracklisting
    01. The Real McCoy
  • 02. Vital Statistics
  • 03. Daylight Robbery
  • 04. Call Of Duty
  • 05. The Joy Of Stress
  • 06. Snap
  • 07. The Long And Short Of It All (feat. Jehst)
  • 08. Offline Maps
  • 09. Easy (complicated)
  • 10. Home
titres conseillés
    Easy (complicated), Daylight Robbery, Offline Maps
notes des lecteurs
Du même artiste