logo SOV

Rachel Sermanni

Under Mountains

Rachel Sermanni - Under Mountains
Chronique Album
Date de sortie : 17.09.2012
Label : Middle Of Nowhere Recordings
4
Rédigé par François Freundlich, le 13 septembre 2012
Bookmark and Share
Il pleuvait des cordes en cette fin d’été, un temps à rêver d’ailleurs et à écouter l’album de la jeune écossaise Rachel Sermanni. Nous la suivons depuis ce début d’année, séduits par la qualité des compositions d’un premier EP qui nous avait enchantés. Nous pénétrons avec Under Mountain, dans un univers bien plus vaste que ce que ses débuts nous laissaient présager. Elle laisse cette fois de coté le "Do It Yourself" des enregistrements dans des lieux insolites pour un vrai studio niché au bord d’un Loch.

La folk fragile de Rachel Sermanni est avant tout basée sur des textes très poétiques, reflétant un imaginaire teinté de références à un vécu précis, mais qu’on ne comprendra pas réellement tant ils s’inscrivent dans un onirisme et un certain détachement. Chacun en retirera sa propre interprétation, sans pouvoir s’empêcher de vouloir les relire après écoute. Ces textes sont organiques, très personnels et traitent des thèmes de la liberté, des voyages ou des relations humaines avec une certaine maturité si on tient compte de la vingtaine d’années de la demoiselle. Le dessin d'un lit à quatre pattes ornant la pochette est d'ailleurs assez symbolique du rêve d'ailleurs que peut procurer ce disque. Un certain blues ressort de chaque syllabe qui frôle l’oreille de l’auditeur comme la soie la plus enveloppante. Le violon a toujours une place prédominante dans les arrangements mais aussi dans la base même des morceaux qui se reposent à certains passages entièrement sur eux. Ces cordes arrivent autant à cajoler qu’à effrayer en installant parfois une atmosphère grave. Elle peuvent parfois laisser la guitare folk dans un rôle anecdotique malgré plusieurs ballades en guitare voix, ou en quasi a cappella.

Cette gravité se retrouve sur plusieurs morceaux, à l'image Bones, durant lesquels Rachel Sermanni libère sa voix sur des envolées puissantes, rompant avec la retenue que nécessite parfois la narration de ses histoires. Des histoires de mer, de brume, de chocolat ou de licorne en marshmallow. Ce titre, Marshmallow Unicorn, ne parle d’ailleurs ni de l’un, ni de l’autre, mais s’adresse à une personne ou peut-être à un enfant à travers l’un des textes les plus touchants de l’album. Lorsque l'on pense savoir quel en est le thème, un vers balaie nos suppositions comme sur Sleep, une berceuse en guitare voix pas si enfantine.
Des chœurs féminins ajoutent souvent une profondeur aux morceaux, mais c’est le duo avec Louis Abbott sur Waltz qui retient l’attention, avec cette tendresse entrecoupée de notes de pianos la faisant rimer avec tristesse. Ses premiers morceaux comme The Fog ou Eggshells sont également présents, leur écoute nous faisant réaliser qu’ils étaient bien plus directs avec une face pop prédominante. On regarde toujours la pluie tomber alors que les violons plongent dans des graves enivrants et que la voix s’envole aussi haut que ses Highlands natals.

Rachel Sermanni s’inscrit comme une artiste particulière au sein de la scène folk britannique en y apportant sa propre vision rêveuse et habitée. La mélancolie apparente dont elle se pare se voit égayée par une voix juvénile et pleine d’espoir. La délicatesse de ce premier album plein de charme confirme tous les espoirs que l’on plaçait en elle : les feuilles mortes peuvent s’effacer, nous serons bien accompagnés.
tracklisting
    01. Breathe Easy
  • 02. Bones
  • 03. Waltz
  • 04. Ever Since The Chocolate
  • 05. The Fog
  • 06. Little Prayer
  • 07. Sea Oh See
  • 08. Sleep
  • 09. Marshmallow Unicorn
  • 10. Black Current
  • 11. Eggshells
  • 12. Song To A Fox
titres conseillés
    Waltz, Eggshells, The Fog
notes des lecteurs
notes des rdacteurs
Du même artiste