logo SOV
The Electric Soft Parade - IDIOTS
Chronique Album
Date de sortie : 17.06.2013
Label : Helium Records
4
Rédigé par Clémentine Barraban, le 1er juillet 2013
Bookmark and Share
De 2002 à 2013, The Electric Soft Parade a brillamment occupé une dizaine d’années de carrière sous les éloges de la presse. Si le succès commercial n’a pas toujours été au rendez-vous, les terribles frangins de Brighton ne se sont pas démontés pour autant et les voilà qui reviennent bien décidés à envahir les ondes estivales avec dix nouveaux titres ensoleillés. Leur quatrième galette d’indie rock sobrement intitulé IDIOTS était bien évidemment attendue au tournant et ne devrait pas décevoir les fans de cette drôle de formation anglaise, lesquels patientaient depuis No Need To Be Downhearted paru en 2007.

Près de onze ans se sont écoulés depuis leur premier album studio, Holes In The Wall et pourtant l’insouciance juvénile de The Electric Soft Parade ne semble pas avoir pris une ride. Ayant emprunté leur nom à l’album The Soft Parade des Doors, Alex et Tom White n’ont pas perdu la manie de s’approprier ce qui ne leur appartient pas et de lui donner un second souffle. A force de piocher sans scrupules dans les sixties américaines des Beach Boys et de Simon and Garfunkel, aussi bien que dans la brit pop des La's ou même de Blur, ces rétros actifs sont parvenus à trouver une identité qui appartient bien à leur temps.

IDIOTS ouvre sur une pop aux airs enthousiastes et à l’énergie aussi caféinée qu’une injection matinale dans les oreilles de Looking Back Over My Shoulders de Mike And The Mechanics. Les guitares électriques partagent les arrangements léchés avec un clavier électronique échappé de la new wave pour jouer la modernité. Summertime In My Heart sonne le point d’orgue d’une douce désinvolture qui s’installe sur ce début d’album encore plus naturellement qu’un soleil d’été en juillet. Brise fraiche, les guitares mélancoliques de The Corner Of Highdown And Montefiore insufflent une mélodie toute en puissance qui ne manque pas de faire frissonner. Le titre éponyme sonne comme un hymne à reprendre à volonté, tandis que l’on rencontre en chemin des personnages épiques et colorés : Mr Mitchell et Lily. L’aventure se termine accompagnée des notes de velours de la balade Never Again, entièrement jouée au piano.

Anachronique et efficace d’un bout à l’autre, l’album est si riche et complexe qu’on en parlerait jusqu'à l’aube. Les frères espiègles s’amusent à frôler les frontières du génie en faisant preuve paradoxalement d’une simplicité déconcertante. Tantôt pop-rock optimiste, tantôt nostalgique mais toujours imprévisible, fort d’arrangements et d’une production minutieuse, l’album pourra tourner en boucle dans le casque, il restera un excellent remède à la monotonie.
tracklisting
    01. The Sun Never Sets Around Here
  • 02. Summertime In My Heart
  • 03. Brother, You Must Walk Your Path Alone
  • 04. The Corner Of Highdown and Montefiore
  • 05. Idiots
  • 06. Mr. Mitchell
  • 07. One Of Those Days
  • 08. Lily
  • 09. Welcome To The Weirdness
  • 10. Never Again
titres conseillés
    Summertime In My Heart - The Corner Of Highdown And Montefiore - Welcome To The Weirdness
notes des lecteurs
Du même artiste