Chronique album : The Fratellis - We Need Medicine - Sound Of Violence
logo SOV

The Fratellis

We Need Medicine

The Fratellis - We Need Medicine
Chronique Album
Date de sortie : 07.10.2013
Label : Island Records
45
Rédigé par Maxime Canneva, le 29 septembre 2013
Bookmark and Share
2013, année des retrouvailles chez les compatriotes de Nessie. Après la sortie le mois dernier du nouvel album (après un break de quatre ans) des écossais à consonance Austro-Hongroise de Franz Ferdinand, c’est à présent au tour des italiens de cœur des Fratellis de faire leur grand retour après cinq années de silence.

Souvenons-nous, la sortie de leur premier album Costello Music en 2006 avait marqué les esprits grâce à son hymne imparable qu’était (et qu’est d’ailleurs toujours) le titre Chelsea Dagger. Le genre de came dont il est impossible de décrocher tellement elle colle à la peau et reste dans la tête. Vint ensuite en 2008 le plus mitigé Here We Stand avant que le groupe décide d’annoncer une pause à durée indéterminée pour se consacrer à divers side-projects.
Plus aucunes nouvelles depuis, il n’en fallait pas plus pour que l’on croie au décès d’un énième groupe en the, pour lequel les plus mauvaises langues n’auront pas eu de mal à déclarer qu’il ne s’agissait pas là d’une grosse perte.

Et à l’annonce de ce grand retour, ces mêmes mauvaises langues n’auront sans doute pas tardé à décréter qu’il ne fallait rien attendre de cet album, sans doute motivé par un besoin de renflouer les caisses des différents membres du groupe.
Soyons clairs, ces derniers se fourraient le doigt dans l’œil jusqu’au coude, voire plus loin encore. Car là où l’année 2013 avait jusqu’à présent cruellement manqué de bons albums d'indie rock sans fioritures, ce We Need Medicine arrive à point nommé pour nous dégourdir les esgourdes et nous réjouir les tympans, grâce au trio gagnant guitare, basse, batterie se révélant toujours une valeur sûre là où d’autres se perdent dans les sonorités électroniques.
Comme pour tout bon album qui se respecte, il ne faut pas se fier à la première écoute, mais en attendre deux ou trois avant de savourer chaque titre à sa juste valeur. Car effectivement chaque titre aurait fort bien pu se retrouver érigé au rang de single, tant les sonorités sont directes, efficaces et restent en tête. Halloween Blues qui marque le début des hostilités, marque également l’auditeur par les changements habiles de tempos et l’énergie qu’il dégage. Il en sera d’ailleurs ainsi de l’ensemble des titres, sans qu’aucune redite n’ait lieu ou sans qu’aucun type d’ennui ne pointe le bout de son nez : ce genre de performance se salue bien bas.

Visuellement parlant, le retour est également une grande réussite, qu’il s’agisse de la pochette de l’album au look cartoonesque et dans la logique des albums précédent ou alors du vidéo clip de Seven Nights, Seven Days mettant en scène la déchéance et la résurrection d’un clown débonnaire, touchant à la façon du Coffe And TV de Blur, et toujours avec une énergie positive impressionnante dans la musique.
Comme tout album destiné à cartonner, on retrouve également des airs façon balade tels que This Is Not The End Of The World ou Rock 'n' Roll Will Break Your Heart. Et comme tout groupe qui se sait bon également, leurs titres ne se savourent pas avec un chronomètre en main, mais n’hésitent pas à déborder des limites temporelles radiophoniques généralement obligatoires, avec des titres de plus de cinq minutes comme le très bon morceau de clôture Until She Saves My Soul.

Alors certes, les Fratellis n’ont pas inventé le fil à couper le beurre et encore moins la corde de guitare à jouer du rock, et leurs détracteurs ne se priveront pas de les en accuser. Mais qu’importe ? Ce genre d’albums se fait bien trop rare ces temps-ci pour que l’on se permette de passer à côté sous de fallacieux prétextes.
Et si, à l’approche de l’automne, certains commencent à se sentir morose, le remède semble tout trouver : « We Need Medicine ! » s’effareront-ils, avant de se voir prescrire un remède en onze titres, à renouveler plusieurs fois par jour.
tracklisting
    01. Halloween Blues
  • 02. This Old Ghost Town
  • 03. She's Not Gone Yet But She's Leaving
  • 04. Seven Nights, Seven Days
  • 05. Shotgun Shoes
  • 06. Whisky Saga
  • 07. This Is Not the End of the World
  • 08. Jeannie Nitro
  • 09. We Need Medicine
  • 10. Rock 'n' Roll Will Break Your Heart
  • 11. Until She Saves My Soul
titres conseillés
    We Need Medicine, Jeanie Nitro, Seven Nights Seven Days
notes des lecteurs
notes des rédacteurs
Du même artiste