Chronique album : The Fratellis - In Your Own Sweet Time - Sound Of Violence
logo SOV

The Fratellis

In Your Own Sweet Time

The Fratellis - In Your Own Sweet Time
Chronique Album
Date de sortie : 09.03.2018
Label : Cooking Vinyl
4
Rédigé par Simon Cordat, le 18 mars 2018
Bookmark and Share
C'est un retour pêchu pour The Fratellis qui gardent leur image de groupe aux dessous affriolants.

Ce cinquième album studio se veut spontané. Hot jusqu'à sa pochette à la Queens Of The Stone Age, il a été touché par le peu de soleil visible à Glasgow. Enregistré avec l'aide de Tony Hoffer (Depeche Mode, Air, The Kooks...), tout porte à croire que In Your Own Sweet Time porte bien son nom. Trois quarts d'heure énergiques et rock qui feront bien oublier les nuages gris pour un ciel bleu, cicatrisé par des traînées d'objets volants.
Feu vert donné par le single Stand Up Tragedy : il est une réaction pleine de positivité, dansant et pas moins charmant. C'est la base facile d'accès à un disque qui rappelle l'efficacité d'un bon vieux Supergrass, ou d'un Mystery Jets en cavale. Dans la même idée, quand l'âme de Brian Wilson inspire les lignes vocales de Sugartown, on discerne toujours une faculté évidente pour composer des mélodies scandaleusement efficaces. Le temps d'une pause mid-tempo pour le planant Told You So, il s'en suit un dancefloor en feu (The Next Time We Wed) qui fait pratiquer à merveille le boogie-woogie de ce que la brit-pop décidait jadis d'orchestrer.

Quelques coups sont plus dispensables que d'autres. Quand Laughing Gas, moins entraînante qu'on l'espérait, retentit dans les haut-parleurs sous ses airs de faux blues, l'album ne s'écroule pas pour autant. Cependant, le groupe ne reste pas frileux pour autant et enchaîne avec un clin d'œil à la machine Kasabian et à ses cycles hallucinogènes. La ligne de basse saturée d'Advaita Shuffle aide le reste des instruments à avancer, tel un char d'assaut, faisant ainsi gagner à l'album une chanson hymne. Une ambiance qui va perdurer en empruntant les portes du garage-rock sur I Guess... I Suppose....
Puis la formation se montre capable de faire dans le groovy seventies pour le morceau Indestructible, comme une inlassable chorégraphie binaire qui rythme encore une fois le libidineux In Your Own Sweet Time. Le drapeau à damiers se lève après sept généreuses minutes de I Am That, où l'on passe le plus clair de notre temps à apprécier les couleurs et l'espace d'une ballade qui s'intensifie d'elle-même. Une histoire qui termine en apothéose, avec des guitares et couches vocales à la Fab 4. De quoi être bien plus percutant qu'un simple au revoir de trois minutes. Eux prennent le temps.

Le dernier né des Fratellis inspire à la parade collective dans un élan jovial. Réussi par la plupart des morceaux, ce cinquième album n'a pas grand-chose de petit. Une production sans bavure et des compositions bien pensées font de cet In Your Own Sweet Time une cadence quasiment parfaite dans la carrière des anglais.
tracklisting
    01. Stand Up Tragedy
  • 02. Starcrossed Losers
  • 03. Sugartown
  • 04. Told You So
  • 05. The Next Time We Wed
  • 06. I've Been Blind
  • 07. Laughing Gas
  • 08. Advaita Shuffle
  • 09. I Guess... I Suppose...
  • 10. Indestructible
  • 11. I Am That
titres conseillés
    Standup Tragedy - The Next Time We Wed - Advaita Shuffle
notes des lecteurs
Du même artiste