logo SOV

Gengahr

A Dream Outside

Gengahr - A Dream Outside
Chronique Album
Date de sortie : 15.06.2015
Label : Transgressive Records
45
Rédigé par Xavier Turlot, le 8 juin 2015
Bookmark and Share
Avec une poignée d'excellents singles égrenés sur Internet depuis huit mois, le groupe de pop londonien Genghar avait agréablement émoustillé notre intérêt à l'aide de clips sombres et surréalistes inhabituellement soignés. Les voilà qui livrent enfin un premier album : A Dream Outside. Si la promotion à rallonge des premiers albums atténue considérablement l'excitation de la sortie, celle-là recèle finalement un lot très honnête de surprises.

Une mise au point tout d'abord : l'adjectif « expérimental » souvent accolé à leur musique dans les médias est hors-sujet, sauf à considérer ce qui ne passe pas sur MTV comme une expérimentation. La pop de Gengahr est soyeuse et poétique, fine et élégante, mais jamais elle ne s'aventure dans un quelconque essai de style, et on comprend immédiatement que ce n'est pas le propos. La voix aiguë et fragile de Felix Bushe, si elle a du mal à mener la barque en concert, est ici parfaitement à sa place dans une tessiture à mi-chemin entre MGMT et Alt-J. On pourra peut-être regretter la quasi absence de chœurs le long du disque, ce qui pourra avoir comme effet de créer une sensation presque inconsciente de monotonie.

Le fan de la première heure connaîtra donc déjà la moitié de l'album, car tout le teasing est présent : l'envoûtante Bathed In Light et ses effets aquatiques, la mystérieuse et psychédélique Powder qui se mue en un fatras de rock garage tout ce qu'il y a plus anglais, ou encore Fill My Gum With Blood, l'une des plus grande réussites mélodiques du groupes avec sa ligne de guitare multiforme et sa progression harmonique impeccable niveau chant. John Victor, le fougueux guitariste de la formation, a d'ailleurs effectué un travail remarquable sur l'ensemble du disque, son style n'est pas à proprement parler original mais son souci du détail et son désir de ne jamais se contenter d'accompagner la voix fait plaisir à entendre. Sa fébrilité féconde est palpable et son jeu inspiré n'est jamais à l'ombre d'un autre élément.

La structure couplets délicats / refrains punchy sert de motif à une grande partie du disque ; ainsi de l'entraînante Where I Lie qui nous gâte avec une bonne envolée de guitare électrique et une batterie qui perd les pédales. Embers, une chanson mystique et intrigante avec sa rythmique à la fois calme et frénétique et un usage remarquable de la pédale wha-wha, offre aussi une excellente surprise à la frontière du rock psychédélique lorsque des buzz et de lointains échos de guitare fusent d'un peu partout. C'est la seule chanson qui mériterait peut-être l'emploi du terme « expérimental », mais dans une acception vraiment très large...
Felix Bushe puise dans le haut de ses gammes pour la plus-que-gentille Trampoline qui rivalise de fragilité et de douceur avec la twee-pop la plus édulcorée. La qualité de l'écriture empêche tout basculement dans le ridicule : le morceau est maîtrisé de bout en bout et le solo qui se fait sur un changement de ton est une idée dont le groupe a dû être fier. Il n'y a qu'à ajouter une piste instrumentale d'abstract hip-hop au riff subjuguant et aux staccatos sortis de nulle part (Dark Star) pour obtenir un disque à la fois audacieux et facile d'accès.

Genghar ont plus que confirmé le talent qu'on leur pressentait depuis quelques mois avec un disque lumineux qui révèle une prise de risque parfaitement maîtrisée, entre mélancolie et désinvolture.
tracklisting
    01. Dizzy Ghosts
  • 02. She's A Witch
  • 03. Heroine
  • 04. Bathed In Light
  • 05. Where I Lie
  • 06. Dark Star
  • 07. Embers
  • 08. Powder
  • 09. Fill My Gums With Blood
  • 10. Lonely As A shark
  • 11. Trampoline
titres conseillés
    Fill My Gums With Blood, Dark Star, Bathed In Light
notes des lecteurs
notes des rdacteurs
Du même artiste