logo SOV

The 1975

I Like It When You Sleep, For You Are So Beautiful Yet So Unaware Of It

The 1975 - I Like It When You Sleep, For You Are So Beautiful Yet So Unaware Of It
Chronique Album
Date de sortie : 26.02.2016
Label : Dirty Hit
2
Rédigé par Pierre-Arnaud Jonard, le 15 mars 2016
Bookmark and Share
A l'écoute du second et nouvel album de 1975, on a du mal à comprendre comment ce groupe connaît un tel engouement et cartonne des deux côtés de la Manche (numéro un en Angleterre dès sa sortie). Le début du disque est carrément mauvais. Une soupe insipide et du Prince dans ses moments de diète créative revisité. Love Me, UGH!, Change Of Heart, She's American et I Believe In You sont tous dans cette veine digne du pire des années 80. Love Me et Change Of Heart touchent particulièrement le fond, rappelant les pires albums de ABC époque How To Be A... Zillionaire!. Ce qui était déjà à peine supportable en 1987 devient aujourd'hui inécoutable.

Heureusement, Please Be Naked relève agréablement le niveau à un moment où l'on ne s'y attendait plus tant le début du disque frôlait la catastrophe. Le morceau est un instrumental de haut niveau. Juste derrière, on reprend espoir avec Lost In My Head, morceau magnifique et ballade électro/pop poignante qui prend aux tripes. On se dit à ce moment du disque que si The 1975 n'essayait pas de faire du sous-Prince mais de la pop de grande qualité comme sur ces deux morceaux, cette voie leur siérait à merveille.
Les morceaux suivants, The Ballad Of Me And My Brain, Somebody Else ou Loving Someone oscillent entre le moyen et le banal, ni vraiment mauvais ni vraiment intéressant, avec toujours ce penchant prononcé pour le funk (sur Loving Someone notamment) qui ne réussit pas vraiment à ce groupe.

Suit I Like It When You Sleep, For You Are So Beautiful Yet So Unaware Of It (sans doute le titre de morceau le plus court de l'histoire du rock !), un second instrumental, tout aussi beau et majestueux que le premier. Un long et beau titre planant qui s'étire sur plus de six minutes et invite à la contemplation. On se demande dès lors pourquoi le groupe n'a pas composé un album d'instrumentaux qui aurait eu une toute autre gueule que des funks 80's répétitifs et d'une grande banalité.
L'espoir d'une belle fin d'album s'envole dès le morceau suivant. The Sound se révèle vraiment mièvre et sans grand intérêt. On se dit à ce moment là qu'il apparaît incroyable que ce groupe puisse à la fois produire des morceaux si caricaturaux et ennuyeux et quelques autres si attrayants. This Must Be My Dream, Paris ou Nana ne suscitent guère l'intérêt, passent par une oreille avant d'en ressortir aussitôt par l'autre.

L'album se conclue par une nouvelle superbe ballade, She Lays Down, une pop song classique aux réminiscences 60's qui démontre que ce groupe pourrait être bien plus intéressant qu'il ne l'est s'il s'en donnait la peine. Au final, cet album de 1975 offre deux magnifiques ballades et deux très beaux instrumentaux. Sur un total de 17 titres, c'est peu, bien trop peu.
tracklisting
    01. The 1975
  • 02. Love Me
  • 03. UGH!
  • 04. A Change of Heart
  • 05. She's American
  • 06. If I Believe You
  • 07. Please Be Naked
  • 08. Lostmyhead
  • 09. The Ballad Of Me And My Brain
  • 10. Somebody Else
  • 11. Loving Someone
  • 12. I Like It When You Sleep, For You Are So Beautiful Yet So Unaware Of It
  • 13. The Sound
  • 14. This Must Be My Dream
  • 15. Paris
  • 16. Nana
  • 17. She Lays Down
titres conseillés
    Please Be Naked - Lost In My Head - She Lays Down
notes des lecteurs
Du même artiste