Chronique album : The 1975 - The 1975 - Sound Of Violence
logo SOV

The 1975

The 1975

The 1975 - The 1975
Chronique Album
Date de sortie : 02.09.2013
Label : Dirty Hit
15
Rédigé par Xavier Ridel, le 17 septembre 2013
Bookmark and Share
Après s'être rencontrés au collège, les quatre Mancuniens Matthew Healy (voix/guitare), Ross MacDonald (batterie), Adam Hann (guitare) et George Daniel (basse) forment en 2002 un groupe de reprises pop punk. Après quelques années d'errances, le groupe d'électro-rock décide de prendre le nom de The 1975 et sort son premier EP, Facedown, en août 2012 sous le label Dirty Hit (Little Comets, Fossil Collective). Suivront ensuite trois autres EPs, Sex, Music For Cars et le sobrement intitulé IV.
L'histoire de leur nom est plutôt originale (construite de toute pièce ou pas, à vous d'en juger). Matthew Healy a effectivement acquis un livre lors d'un vide-grenier. Une note ornait cet ouvrage, racontant la volonté de son premier propriétaire de mettre un terme à ses jours le 1er juin 1975. Et voilà le groupe lancé.

Ce premier album éponyme, sorti le 2 septembre dernier, est co-produit par Mike Crossey, notamment connu pour ses travaux avec les Arctic Monkeys et Foals. Celui-ci débute sur The City et nous retrouvons d'emblée la marque de fabrique du groupe : riffs de guitare un tantinet simplistes, synthés lourds sans grand intérêt et voix maniérée noyée dans l'auto-tune. Ne nous arrêtons tout de même pas à la première impression. Essayons également de faire abstraction des paroles stéréotypées (« The next one's the MD, you'll be feeling just fine », à traduire par « La prochaine fois ce sera de la MDMA, tu te sentiras bien »). Et si l'album contient les singles désormais bien connus Chocolate et Sex, ces derniers n'ont pas grand-chose de plus à nous offrir que cette même recette.

Quelques titres se démarquent néanmoins (leur principal souci résidant dans la voix mielleuse de Matthew Healy), en particulier Heart Out, ses synthétiseurs 80's et sa mélodie un peu plus travaillée que d'ordinaire. Robbers et la douceur qui en émane se taille également une belle part dans l'album, tout comme Menswear, sous haute influence électronique. Les autres compositions se suivent et se ressemblent.
Il ressort de cet opus une forte impression de déjà-vu, des groupes comme The Big Pink à qui The 1975 sont très souvent comparés ayant déjà tenté l'expérience de cet alliage électro rock, et ce avec bien plus de réussite.

Faisant illusion le temps de quelques morceaux (à vrai dire, trois sur un total de seize titres), les Mancuniens se noient très vite dans une soupe FM sans saveur, et ont au moins le mérite de démontrer que le gène du talent n'a rien à voir avec la ville d'origine.
tracklisting
    01. The 1975
  • 02. The City
  • 03. M.O.N.E.Y.
  • 04. Chocolate
  • 05. Sex
  • 06. Talk!
  • 07. An Encounter
  • 08. Heart Out
  • 09. Settle Down
  • 10. Robbers
  • 11. Girls
  • 12. 12
  • 13. She Way Out
  • 14. Menswear
  • 15. Pressure
  • 16. Is There Somebody Who Can Watch You
titres conseillés
    Heart Out - Robbers
notes des lecteurs
Du même artiste