logo SOV

Glass Animals

How To Be A Human Being

Glass Animals - How To Be A Human Being
Chronique Album
Date de sortie : 26.08.2016
Label : Wolf Tone
45
Rédigé par Julien Soullière, le 31 août 2016
Bookmark and Share
Les drôles d'oiseaux que sont Glass Animals sont venus à nous petit à petit, EP après EP, titre après titre, mais il va sans dire qu'on les aurait apprivoisés avec la même hardeur s'ils avaient été plus hâtifs, car ils sont bien du genre à être aimés instantanément. Un peu moins de trois ans après la sortie de l'exotique ZABA, nos quatre marsouins reviennent avec ce que l'on pourrait considérer comme un véritable concept-album : How To Be A Human Being, ce sont onze personnages hauts en couleur et inventés de toutes pièces pour autant de compositions signées par la tête pensante du quatuor, le frêle et blondinet Dave Bayley. Un disque human-centric, donc, ce qui est finalement assez cocasse quand on repense un instant au nom du groupe qui en est l'auteur.


On ne saurait trop dire ce que n'est pas How To Be A Human Being, on va donc s'atteler à dire ce qu'il nous parait être. Déjà, il est pop. Pop au sens de « frais », « immédiat », « réconfortant ». En fait, difficile de faire plus pop, d'autant qu'il l'est jusqu'aux mots livrés à nos oreilles. Preuve parmi tant d'autres, dans le single Life Istelf, il est question de Flash Gordon et de Coca-Cola dans la même strophe. Sur Season 2 Episode 3, référence non feinte au déferlement des séries et au binge watching qui en découle, on parle de ne rien faire et d'addiction télévisuelle. D'aucuns disent même qu'ils ont entendu des chœurs scander le nom du plus célèbre agent secret de Sa Majesté au détour d'un titre, ce qui ne nous étonnerait même pas.

Aussi, l'album est formidablement décomplexé. Outre les « sausage candle », « mcfuck » et autres expressions complètement saugrenues entendues ici et là (« Pineapples are in my head », entend-t-on Bayley chanter sur Pork Soda), les Glass Animals n'hésitent pas à faire dans l'inédit, trouvant le moyen de recourir à la flûte sur les formidables Youth et Mama's Gun, et même à la Super NES sur un Season 2 Episode 3 habillé tout du long de bruitages Midi rétros et rigolos. Plus globalement, et s'ils n'en oublient pas les guitares pour autant (cf. la très folk Poplar St.), les Anglais lâchent définitivement la bride, hurlant au monde leur amour pour le rap US et ses dérivés, parachevant ainsi de créer un genre musical qui leur est propre, et qu'on se plaira à qualifier de pop'n'B. Le Justin Timberlake époque FutureSex/LoveSounds y aurait toute sa place, tant How To Be A Human Being est un pur concentré de sensualité, ce qui lui fait au moins un point commun avec le dernier Wild Beasts. Attention donc aux coups de chaud, surtout à l'écoute du carrément pornographique Cane Shuga. Au rayon des excentricités, on notera par ailleurs la riche idée consistant à coiffer Coldplay au poteau, et ce en lâchant un titre solaire, ample et de bon goût comme Chris Martin n'en a plus signé depuis des lustres au moins (Agnes).


Enfin, et ça n'est pas rien, How To Be A Human Being est un véritable bijou de songwriting, et il n'y a qu'à écouter Youth, composition d'une pureté effarante, pour s'en convaincre. Il ne serait ainsi pas étonnant qu'avec ce disque, Bayley attire l'attention de quelques-uns de ces contemporains, intéressés à l'idée que celui-ci leur écrive un titre ou deux à l'occasion. On finira en disant que l'album, finalement si différent de ZABA, s'écoute bel et bien plusieurs fois, ne serait-ce que pour juger de la petite cathédrale sonore bâtie par Glass Animals : il y a des sons tout le temps, partout, mais tout ceci se marrie formidablement bien.

Face à cette muraille d'enthousiasme, toutes et tous s'attendent maintenant à ce nous crevions l'abcès. How To Be A Human Being mérite-t-il sa place au Panthéon 2016 de la musique indépendante britannique ? En vérité, la réponse à cette question importe peu. Déjà parce que tout ceci relève d'une parfaite subjectivité. Aussi, parce qu'il est une chose essentielle, un point plus évident de consensus sur lequel il nous tient à cœur d'insister : ce disque est ce que l'année musicale en cours nous a offert de plus rafraîchissant. C'est le travail de gens heureux qui ne vous souhaitent que de l'être également. De là à dire qu'il devrait être remboursé par la sécurité sociale...
tracklisting
    01. Life Itself
  • 02. Youth
  • 03. Season 2 Episode 3
  • 04. Pork Soda
  • 05. Mama's Gun
  • 06. Cane Shuga$
  • 07. [Premade Sandwiches]
  • 08. The Other Side Of Paradise
  • 09. Take A Slice
  • 10. Poplar St.
  • 11. Agnes
titres conseillés
    Mama's Gun, Poplar St, Agnes
notes des lecteurs
notes des rdacteurs
Du même artiste