Chronique album : Ghostpoet - Dark Days + Canapés - Sound Of Violence
logo SOV

Ghostpoet

Dark Days + Canapés

Ghostpoet - Dark Days + Canapés
Chronique Album
Date de sortie : 18.08.2017
Label : [PIAS] Recordings
3
Rédigé par Albane Chauvac Liao, le 23 août 2017
Bookmark and Share
Une histoire qui débute par une gorgée de plus. Une quatrième, pour introduire son quatrième album, signe de continuité pour Ghostpoet. Et on se doute bien que durant la minute et les trente-deux secondes que dure One More Sip, cet album est déjà une farce et qu'il en a bu plus d'une. Une farce oui, mais de celles qui ne font pas rire, qui tournent vite au drame.

Cet album est un freakshow, à l'image du quatrième titre et d'un vidéo clip qui rappelle l'environnement futuriste de Black Mirror et un clin d'oeil au Tinder syndrome de notre temps (« So I swiped left and figured out it's a freakshow »).


Le chant des réfugiés se fait entendre sur Immigrant Boogie (« No-one knows / How many / On the boat / Violent skies / Won't tell us / Where to go »). Certains internautes rêvent déjà d'un Ghostpoet feat. M.I.A. Un titre ? Dark Days For Borders ? Pas sûr, à méditer. Ou bien peut-être avec Tricky, pour que le côté dark passe de grisaille à tremblements positifs. Et que dirait-on d'un remix par Trentemøller ? Profitons pour le moment de sa collaboration passée avec Massive Attack sur >i>Come Near Me qui nous fout une douce décharge des pieds à la tête à chaque écoute.

Sur ce Dark Days + Canapés, une scission s'opère en plein coeur, des pistes 1 à 6 la terre et le feu, de 7 à 12 l'eau et l'air. Offerts, ou plutôt jetés comme un énorme poisson en voie de disparition qui aurait les branchies bloquées. avec un sommet du désespoir sur Blind As A Bat. Une petite chanson guillerette pour se donner un violent coup de blues. L'été ? Les cocotiers ? Non, la vie est chienne et pleine de mélancolie. Qui a dit que la musique adoucissait les mœurs ?

Oh Ghostpoet, ta voix enivrerait un peuple entier. Si seulement elle pouvait se renouveler, prendre les bons risques. Douze belles chansons, oui, peut-être, mais les écouter d'une traite n'est que monotonie. On salue quand même la présence de plus en plus majeure des instruments et la prose éternellement noble et profonde de Obaro Ejimiwe, nominé par deux fois au Mercury Prize. Un tel poète mérite d'être plus qu'un ghost. Get wet !
tracklisting
    01. One More Sip
  • 02. Many Moods At Midnight
  • 03. Trouble + Me
  • 04. We're Dominoes
  • 05. Freakshow
  • 06. Dopamine If I Do
  • 07. Live Leave
  • 08. Karoshi
  • 09. Blind As A Bat
  • 10. Immigrant Boogie
  • 11. Woe Is Me
  • 12. End Times
titres conseillés
    Immigrant Boogie, Blind As A Bat
notes des lecteurs
Du même artiste