Chronique album : Graham Coxon - The End Of The F***ing World OST - Sound Of Violence
logo SOV

Graham Coxon

The End Of The F***ing World OST

Graham Coxon - The End Of The F***ing World OST
Chronique Album
Date de sortie : 26.01.2018
Label : Graham Coxon
5
Rédigé par Xavier Turlot, le 13 février 2018
Bookmark and Share
Cela faisait un petit moment qu'on n'avait plus entendu parler de Graham Coxon, si ce n'est à travers l'album de Blur sorti en 2015. Son dernier disque, A+E, date quand même de 2012. La remarquable carrière solo du binôme de Damon Albarn semblait marquer un dangereux point d'arrêt, et c'est donc avec bonheur que l'on aura appris qu'il vient de signer la Bande Originale d'une série britannique produite par Netflix : The End Of The F***ing World. Voilà un exercice particulier dont les contraintes aboutissent forcément à un disque atypique...


Le besoin de morceaux instrumentaux et d'ambiances antagonistes amène un résultat biscornu dont la cohérence sera difficile à trouver : ballades folk, rock progressif, pop british et parties western, tout y passe. On navigue entre l'ultra classique et l'exercice de style de manière un peu aléatoire. On se rappellera du Percy des Kinks qui avait exactement la même saveur en 1971, entre singles épiques et musiques d'ambiance.

Sachez-le, les talents d'écriture de Graham Coxon sont toujours là, et c'est dans le folk qu'ils se déploient avec le plus de force. Walking All Day, le single sous forme de ballade champêtre, nous offre un foisonnement de slides et de chuchotements dans un style à la frontière de la country. Ce morceau magnifique de simplicité est loin d'être isolé, Saturday Night et son piano triste ou It's All Blue et sa nonchalance anglaise sont des chansons tout aussi remarquables, sublimées par cette voix reconnaissable entre mille, fragile et légèrement écorchée. Sur She Left The Light On, on croirait entendre la rencontre de Ray Davies et de Neil Young, un hybride parfait de musique britannique et américaine finalement plutôt naturel. La chanson la plus poignante est peut-être la dernière, There's Something In The Way That You Cry, dépouillée et profonde, clôturant l'album sur une touche glaçante d'une tristesse infinie.

Il vous sera difficile d'éprouver une sensation bien définie à l'écoute de cette bande originale, tant les styles sont mélangés. Car entre ces ballades impeccables on trouvera du rock années 1960 (Angry Me, On The Prowl), des chansons western (In My Room, qui aurait pu être produite par Morricone), du shoegaze instrumental (Bus Stop) et même de l'instrumental tarentinesque (Lucifers Behind Me)... Graham Coxon a écouté, aimé et digéré une variété incroyable de styles, à tel point qu'il compose dans chacun d'eux des morceaux brillants de façon innée. Son génie se déploie dans des voies multiples avec une aisance déconcertante, les contraintes de la bande originale se sont muées pour lui en un exhausteur de créativité.

En résumé, voici une nouvelle de démonstration de force de la part d'un des plus grands compositeurs de pop rock que l'Angleterre ait portés, et pour qui on espère que la prochaine pause ne sera pas aussi longue.
tracklisting
    01. Walking All Day
  • 02. Angry Me
  • 03. Flashback
  • 04. In My Room
  • 05. Bus Stop
  • 06. The Beach
  • 07. Saturday Night
  • 08. On The Prowl
  • 09. It's All Blue
  • 10. The Snare
  • 11. Lucifers Behind Me
  • 12. Field
  • 13. She Left the Light On
  • 14. Roaming Star
  • 15. Sleuth
  • 16. There's Something in the Way That You Cry
titres conseillés
    Walking All Day, She Left he Light On, There's Something in the Way That You Cry
notes des lecteurs
Du même artiste