logo SOV

Graham Coxon

Happiness In Magazines

Graham Coxon - Happiness In Magazines
Chronique Album
Date de sortie : 17.05.2004
Label : Transcopic Records
35
Rédigé par Jérôme, le 15 mai 2004
Bookmark and Share
La sortie du nouvel album solo de Graham Coxon, qu’on ne présente plus, marquera certainement un nouvel élan pour ce personnage.
Même si cet album a été précédé de quatre disques, tous autant réussis les uns que les autres, cette fois les choses sont différentes.
Les disques comme The Sky Is Too High ou The Golden D étaient captivants par leur production presque « artisanal » qui les rendaient très intimes suivant les diférentes périodes plus ou moins sombres rencontrées, avec une touche d’innocence très charmeuse de la part de ce Graham alors modèle de discrétion.
Pour Happiness In Magazine, Graham Coxon abandonne une partie de la production à Stephen Street, connu entre autre pour ses productions auprès d’un certains groupe nommé Blur. La timidité de Graham ne serait qu’un mauvais souvenir, et maintenant le garçon serait prêt à rencontrer un certain succès en sortant single sur single, faire des grandes salles, et d’en finir une fois pour toute avec « l’amateurisme »…

Happiness In Magazine s’ouvre de façon explosive avec Spectacular et son intro brusque, qui donne rapidement la direction que ce nouvel album prendra, loin des ballades acoustiques qui pré-dominées sur l’ensemble des autres albums. Spectacular fait preuve d’une énergie indéniable, aux tendances « punk » et « bluesy » avec ses nombreux solos, voilà un titre parfaitement destiné à devenir un tube sans non plus être transcendant.

No Good Time s’inscrit exactement dans la lignée de Spectacular, faisant preuve d’une efficacité parfaitement menée, et débordant d’une énergie heureuse mais malheureusement sans déborder de génie. Sur ces titres, Graham Coxon délivre des riffs accrocheurs qui deviennent redoutables comme sur Freakin’ Out, le premier single très convaincant et entrainant extrait de Happiness in Magazine. Malheureusement cela ne fonctionne pas sur People Of the Earth avec son parlé inutile, son riff en boucle et ses piètres solos bien loin de ce dont est capable Graham Coxon. Et là, la formule commence à s’épuiser doucement aux frontières de la lassitude, avec des influences aux Buzzcocks un peu trop réccurentes.

Mais malgré ces petites faiblesses, l’album est très bien mené par un Graham Coxon qui semble avoir une parfaite confiance en soit. Comme sur Bottom Bunk où la voix de celui-ci est surprenante, pour un des morceaux les plus réussis de l’album malgré de troublantes ressemblances avec quelques titres des débuts de Blur. Ce qui est également trop équivoque sur le titre Bitterweet Bundle Of Misery pour ne pas faire ce lien, avec sa rythmique très proche de Coffee and TV, où la chanson suit exactement la même structure et qui nous laisse tout de même pantois.

Mention spéciale pour Are you ready et Don’t be a stranger. Le premier étant un peu à part dans cet album, avec la voix de Graham parfaitement accompagnée de violons pour un des meilleurs moments de ce disque. Don’t Be A Stranger sent un peu le réchauffé, mais n’en reste pas moins irrésistible.
Etrangement l’album se termine par Ribbons And Leaves d’une sobriété à l’opposé des autres morceaux, une simple ballade acoustique avec piano, qui ferme l’album sur un « I love you » à peine murmuré par la voix irréprochable de Graham.

Sans jamais atteindre des sommets, Happiness in Magazine ne sombre pas non plus dans le mauvais. Mais il faut avouer que l’ensemble est plutôt moyen et manque quelque peu de profondeur. Tout est fort sympathique oui, ça se laisse agréablement écouter, mais le disque laisse quelques regrets. Celui que l’album est beaucoup moins marqué par le talent de Graham Coxon, sa personnalité, sa timidité… Ses ingrédients et cette touche qui rendaient les précédents albums émouvants. Happiness In Magazine est certes très bien produit, mais c’est également ce qu’on peut lui reprocher aussi étrange que cela puisse paraître, celle-ci semble en effet étouffer l'émotion. Un bon album oui, mais décevant quand on connaît le potentiel du garçon.
tracklisting
    01. Spectacular
  • 02. No Good Time
  • 03. Girl Done Gone
  • 04. Bittersweet Bundle of Misery
  • 05. All Over Me
  • 06. Freakin' Out
  • 07. People of The Earth
  • 08. Hopeless Friend
  • 09. Are Your Ready
  • 10. Bottom Bunk
  • 11. Don't Be a Stranger
  • 12. Ribbons and Leaves
titres conseillés
    Are Your Ready, Bottom Bunk, Freakin' Out
notes des lecteurs
Du même artiste