logo SOV

Editors

The Back Room

Editors - The Back Room
Chronique Album
Date de sortie : 25.07.2005
Label : Kitchenware Records/PIAS France
3
Rédigé par Déborah, le 1er août 2005
Bookmark and Share
A peine six mois après la sortie de leur premier single, Editors sortent déjà leur premier album. Est-ce pour rentabiliser au plus vite un groupe qui fait une musique pompée sur Joy Division ou Interpol, ou bien est-ce qu'Editors, quatuor venu de Birmingham, est-il déjà assez mûr pour montrer au monde ce dont il est capable ?

A l'écoute de The Back Room, on peut affirmer qu'Editors reste honnête à lui-même et n'essaye pas de manger à tous les rateliers : peu de synthés, de refrains très pop ou de titres pseudo révolutionnaires. Aucun « vrai » single ne se détache de ce disque, mais en même temps tous les titres ont le potentiel d'en être un. Bien entendu il y a les trois singles que le groupe a déjà sorti : Bullets, Munich et Blood. Ces trois titres ont en commun un rythme saccadé dès le début et des paroles répétées ad eternam. Pourtant chacune de ses chansons dégage quelque chose de particulier, que ce soit une certaine distance et froideur pour Blood ou bien un apaisement pour Munich de par ses conseils proférés à l'auditeur.

Lights, Fingers In The Factories et All Sparks sont d'autres exemples de ce qu'Editors fait de mieux à ce jour. Avec la basse et la batterie mises en avant, le groupe vise aussi à faire danser. Mais la différence avec des groupes comme Franz Ferdinand ou The Killers provient de l'atmosphère générale du disque. Si The Back Room était effectivement une pièce plutôt qu'un disque, elle serait à coup sur sombre et enfumée. De l'austérité se dégage de la voix grave de Tom Smith, et c’est grâce à une production assez lisse que The Back Room donne envie à l'auditeur de l'écouter à nouveau et non pas d'aller se suicider.

Seuls les titres les plus lents touchent moins. Fall et surtout Open Your Arms, pourtant toujours très réussie et poignante en live, lassent par leur longueur. Heureusement l'album finit en beauté avec Distance et son côté trip-hop qui prouve que chanson calme ne veut pas forcément dire guitare acoustique.

Editors ont donc réussi à sortir un disque cohérent et fidèle à leur vision de la musique. Il ne reste plus qu'à espérer qu'ils continueront sur cette voie !
tracklisting
    1. Lights
  • 2. Munich
  • 3. Blood
  • 4. Fall
  • 5. All Sparks
  • 6. Camera
  • 7. Fingers In The Factories
  • 8. Bullets
  • 9. Someone Says
  • 10. Open Your Arms
  • 11. Distance
titres conseillés
    Munich, Fingers In The Factories, Bullets
notes des lecteurs
notes des rdacteurs
Du même artiste