logo SOV

Drenge

Strange Creatures

Drenge - Strange Creatures
Chronique Album
Date de sortie : 22.02.2019
Label : BMG Rights Management
35
Rédigé par Amandine, le 24 février 2019
Bookmark and Share
En 2018, le trio mené par les frères Loveless nous avait laissés sur notre faim avec un EP, Autonomy, laissant présager un bond dans les années 80. Aujourd'hui, Strange Creatures, troisième album de Drenge, est décrit par les frangins comme leur album le plus abouti, intelligent et réfléchi, ce qui peut faire se questionner l'auditeur tant ce qui ressortait du groupe jusqu'alors était justement la spontanéité et l'immédiateté de leur son, brut et rugueux.

Un rapide coup d'œil au tracklisting suffit à se rendre compte que le titre, tout comme la pochette, ouvre les portes d'un univers cauchemardesque, tout droit sorti d'un film d'horreur ou un thriller psychologique.
Cette découverte ne sera cependant pas la seule surprise de Strange Creatures. En effet, si Bonfire Of The City Boys, titre introductif, dégage un son bien gras et un chant scandé aux accents de Mark E. Smith, où les déflagrations de batterie sont d'usage et où nous restons dans notre zone de confort par rapport aux albums précédents, très rapidement, nous quittons le scénario initial pour parcourir un sentier sinueux où chaque virage est l'occasion de découvrir de nouvelles sonorités, de nouvelles influences.

Aussi surprenant que cela puisse paraître, nous pensons tantôt à Killing Joke (Teenage Love) mais aussi à Depeche Mode (When I Look Into your Eyes et ses réminiscences de Dave Gahan, période Isolation) et force est de constater que, même si le résultat n'est pas toujours des plus percutants (comme No flesh Road qui ne présente que très peu d'intérêt), les influences sont bien digérées et maîtrisées et nous entraînent dans un moment de nostalgie agréable. A l'image du bal de promo dans Carrie (d'ailleurs suggéré de manière très personnelle dans Prom Night où un mec apparaît et vomit son déjeuner de la cantine et où certains baignent dans le sang), nous nous agitons sur le dancefloor (This Dance, présentée l'an dernier, ne passe pas par quatre chemins : refrain catchy, format court de 2 minutes 30, droit au but, efficace), nous invitons notre partenaire pour un slow langoureux (No Flesh Road) pour terminer hagard, sans vraiment comprendre que les lumières se sont rallumées (When I Look Into Your Eyes n'étant probablement la meilleure idée de conclusion de cet album).

Strange Creatures semble bien nommé tant cet hybride nous fait voyager dans un univers parfois déroutant, au vu des deux longs formats précédents du trio. On y retrouve à la fois des brûlots post punk (Bonfire Of The City Boys), concentrés de ce qu'ils font de mieux, sans prétention d'originalité aucune, mais également des titres résolument tournés vers les années 90 (Autonomy) mais surtout vers le romantisme torturé si cher aux 80's (Strange Creatures ou encore Never See The Signs). Légèrement en dents de scie, Strange Creatures reste néanmoins un album solide, malgré quelques moments de flou.
tracklisting
    01. Bonfire Of The City Boys
  • 02. This Dance
  • 03. Autonomy
  • 04. Teenage Love
  • 05. Strange Creatures
  • 06. Prom Night
  • 07. No Flesh Road
  • 08. Never See The Signs
  • 09. Avalanches
  • 10. When I Look Into Your Eyes
titres conseillés
    This Dance - Bonfire Of The City Boys
notes des lecteurs
Du même artiste